ADN parasite ? | Réponses dans la Genèse

Les génomes des organismes ne sont pas uniquement constitués de gènes codant pour des protéines. En fait, les gènes codant pour les protéines ne représentent qu’un petit pourcentage du génome. La majeure partie du génome est constituée de séquences non codantes, souvent appelées “ADN indésirable”. Les éléments transposables font partie de l’ADN1 non codant et sont parfois appelés « ADN parasite ». Les éléments transposables (ET) 2 sont appelés parasite parce qu’ils peuvent se répliquer et se propager dans le génome d’un organisme.3 Ainsi, certains évolutionnistes ont souvent « aveuglément et rigidement » accepté l’idée que les éléments transposables sont des déchets égoïstes.4 Mais ce récit est-il vrai ?

Les humains et les chimpanzés partagent-ils “l’ADN parasite” ?

Un argument communément associé au récit de l’ADN parasitaire est que les humains et les chimpanzés partagent de grandes quantités de séquences d’ADN similaires, généralement appelées éléments SINE et LINE. Les éléments Alu sont particulièrement intéressants, un type de SINE dont on estime qu’il représente environ 11 % du génome humain.5 Un élément Alu est une courte séquence d’ADN capable de migrer dans tout le génome. Les éléments Alu sont parfois utilisés pour construire un arbre phylogénétique des humains et de leurs ancêtres supposés.6 De plus, ils sont couramment utilisés comme preuve de l’évolution dans la sphère populaire, généralement par des personnes ayant une formation scientifique comme Francisco Ayala, 7 ajoutant à leur poids perçu. . Ayala a fait valoir que les séquences Alu étaient sans fonction et ne pouvaient donc pas faire partie d’un processus conçu.8 D’autres ont soutenu que les éléments Alu servaient de «fossiles moléculaires», fournissant des indices sur l’ascendance génétique basés sur des points d’insertion identiques.9

Un « système de programmation numérique »

La science a prouvé que ces arguments étaient faux. Les séquences Alu sont éditées dans plus de 100 millions de sites répartis dans tout le génome.10 Ces sites d’édition servent potentiellement de système de programmation numérique11 avec des quantités stupéfiantes de mémoire reprogrammable.12 De plus, il existe des preuves qu’ils sont impliqués dans l’épissage alternatif, l’édition d’ARN et la traduction. Il a été proposé que l’édition d’ARN basée sur Alu puisse être utilisée pour dire à la cellule de ne pas traduire le transcrit édité.14 De plus, de nombreux Alus servent d’amplificateurs pour divers gènes.15 certains sont exprimés différemment selon le type de tissu.17 L’affirmation des éléments Alu en tant qu’ordure sans fonction est morte. Ayala avait tort.

De plus, parce que les éléments Alu sont fonctionnels, les évolutionnistes se sont tournés vers le second argument : l’argument de « l’emplacement similaire ». Cet argument, cependant, doit supposer qu’Alus est apparu il y a des millions d’années, puis s’est propagé par transposition dans tout le génome. Un tel argument suppose effectivement ce qu’il essaie de prouver. Si des millions d’années ne sont pas supposés, alors l’emplacement similaire des éléments Alu devient un argument de conception. De plus, les évolutionnistes admettent qu’il y a des milliers d’éléments Alu chez les humains qui ne partagent pas des emplacements similaires avec le primate Alus, et supposent qu’il s’agissait d’insertions post-divergence.18 Pire encore, les éléments Alu divergent jusqu’à vingt pour cent de la supposée séquence consensus humaine, on peut se demander si les similitudes sont vraiment partagées de toute façon.19 Cependant, si cette hypothèse est fausse, alors la similitude des emplacements d’Alus disparaît comme argument en faveur d’une ascendance commune.

Au fur et à mesure que la science a progressé, le récit entourant les ET a changé.

Cependant, un emplacement similaire n’implique pas nécessairement une ascendance commune, même si des millions d’années étaient accordées et si chaque Alu partageait une séquence et un emplacement identiques. Ces deux éventualités sont fausses, mais même en supposant qu’elles étaient vraies, cela ne nécessite pas une ascendance commune. Par exemple, les Alus impliqués dans le système de programmation numérique sont beaucoup plus actifs chez les humains que chez les singes20. Cette activité plus élevée ne peut pas être expliquée par une ascendance commune mais peut être expliquée par un concepteur commun. Nous ne faisons qu’effleurer la surface des éléments Alu et des autres SINE et LINE. Sans aucun doute, à mesure que nous en apprendrons davantage à leur sujet, d’autres différences de conception deviendront apparentes.

Les éléments transposables sont fonctionnels

Il s’avère que le récit, tourné en grande partie par Richard Dawkins dans son livre Le gène égoïste, est tout simplement faux. Les éléments transposables peuvent avoir des éléments parasites, mais, en général, ils sont fonctionnels. Le consensus a tellement changé qu’un article a été publié en 2007 intitulé « La camelote nécessaire : de nouvelles fonctions pour les éléments transposables » 21 ! Ils ont commencé à être associés à des fonctions de régulation des gènes.22 C’était le point de vue de la découvreuse de Barbara McClintock de TE dans les années 1940 et 1950, mais il a été largement ignoré à l’époque.23 Cependant, d’autres preuves ont été révélées depuis lors. Les TE sont associés à la régulation de la transcription chez l’homme.24 Les TE sont également associés à des réseaux de régulation des gènes.25 Ils sont également impliqués dans la régulation des gènes pour la production de cytokines.26 Les éléments transposables ne sont peut-être pas si parasites après tout.

La situation s’aggrave pour ceux qui soutiennent que les éléments transposables sont des parasites du génome. Certains ET sont associés à des gènes pour le développement sexuel in vivo, aidant un bébé en développement à se différencier en un garçon ou une fille.27 Lorsqu’ils ne sont pas correctement régulés, les ET provoquent toutes sortes de défauts de développement, de la perturbation de la méiose à la formation anormale de gamètes.28 À l’inverse, cependant, certains TE servent d’amplificateurs de gènes spécifiques à des tissus, 29 et certains sont même spécifiques à des espèces!30 D’autres sont impliqués dans l’activation de protéines clés dans le développement embryonnaire.31 De toute évidence, les éléments transposables ont des fonctions dans le génome.

Les éléments transposables sont empêchés de se répliquer et de se propager librement dans le génome au moyen de contrôles épigénétiques.32 Cependant, les TE régulent également les changements épigénétiques.33 Cela crée une sorte de cycle circulaire où l’épigénétique contraint les éléments transposables, mais les TE contrôlent la quantité d’éléments contraint, qui, à son tour, décide de la manière dont les TE se contrôlent. Ces impacts épigénétiques vont bien au-delà du simple contrôle des mouvements TE, affectant des choses comme la transcription, l’expression et la régulation des gènes.35

Il est important de noter ici que toutes les activités d’éléments transposables ne sont pas bénéfiques. Si un élément transposable se déplace et atterrit dans un gène, cela rendra probablement le gène non fonctionnel.36 Si l’un d’entre eux devait atterrir dans une séquence régulatrice, cela pourrait nuire à la fonction de nombreux gènes. Il existe également un lien entre les ET non réprimés et diverses maladies, comme le cancer.37

Les éléments transposables tendent très fortement vers une grande partie fonctionnelle, exactement ce à quoi nous nous attendrions si le récit biblique était vrai. Bien sûr, il y aura des choses brisées dans un monde déchu et maudit (Genèse 3). Nous comprenons cela lorsque nous opérons à partir d’un cadre biblique ; cependant, la majorité des éléments transposables semblent être conçus et fonctionnels, non nuisibles et parasites. Les éléments transposables ne sont pas la preuve d’une descendance commune, mais plutôt une conception commune de Dieu qui ne fait pas de bric-à-brac !

Leave a Comment