Backlog Club: Slay The Spire Part One – Be More Tortoise

Cet article fait partie de notre nouvelle série expérimentale, Backlog Club, où nous (Nintendo Life !) choisissons un jeu susceptible de figurer sur notre liste de « jeux auxquels nous devrions jouer », puis nous (NL + vous !) passer le mois prochain à jouer à ce jeu. C’est à mi-chemin, la première partie de deux, où nous nous arrêtons une minute pour vérifier le jeu et à quel point nous l’apprécions.

Pour le mois d’avril 2022, on joue à Slay The Spire ! Pas jusqu’au bout, forcément, mais nous essaierons tout de même de lui donner un coup juste.


Grand (14)

Je ne crois pas au “lent et régulier gagne la course”. Je pense que c’est un sentiment stupide, même s’il y a une pépite de vérité dedans : prenez du temps, et soyez prudent, et vous obtiendrez de meilleurs résultats. je ne le pense pas gagne une course. La fable de la tortue et du lièvre ne fonctionne que parce que le lièvre fait la sieste ! Le lièvre méritait de gagner car il était beaucoup, beaucoup plus rapide, et la sieste n’avait rien à voir avec le fait que la tortue soit bonne ou non en course.

Tout ce préambule est pour dire que j’ai dû réexaminer mon besoin de vitesse face aux deckbuilders roguelike, un genre qui m’a beaucoup plu. Slay The Spire – le choix pour Backlog Club cette semaine – en fait partie, et c’est un sacrément bon. (Oh, et si vous ne savez pas de quoi je parle, consultez l’introduction du Backlog Club que j’ai écrite il y a quelques semaines. Cela aura du sens dans un instant.)

Dans les roguelikes et les deckbuilders, lent et régulier ne gagnera peut-être pas la course (c’est-à-dire un tournoi de speedrunning), mais il gagnera certainement la partie.

Ma tactique habituelle est juste d’essayer d’en finir le plus vite possible

Dans la plupart des jeux de stratégie, ma tactique habituelle consiste simplement à en finir le plus rapidement possible, à remplir ma liste d’attaques avec ce qui fait le plus de dégâts et à espérer que je n’aurai qu’à faire quelques mouvements pour tuer mon adversaire mort. Dans les RPG, je prends généralement une version voyou ou DPS, car ceux-ci me permettent d’appuyer sur le bouton “attaquer” jusqu’à ce que mes ennemis s’effondrent dans la défaite. Je ne suis pas stratège, la plupart du temps ; Je ne suis qu’un char à pointes, content d’échanger des dégâts contre des dégâts tant que je sors victorieux.

Et que juste ne marche pas dans des jeux de deckbuilder au tour par tour comme Slay The Spire. Je dois donc essayer quelque chose de nouveau, même si ce n’est pas nouveau pour la plupart des gens, et cette tactique est quelque chose que j’aime appeler “se soucier réellement de la défense”. C’est ce truc de génie où j’essaie en fait de annuler les attaques avant même qu’elles ne soient faites, au lieu d’accumuler les dégâts comme d’habitude.

Grand (14)

Slay The Spire ne consiste pas à prendre des coups – avec seulement 80HP à votre nom, vous ne pouvez pas vraiment vous le permettre. Au lieu de cela, vous devrez utiliser plusieurs stratégies pour survivre, car la survie est essentielle pour passer au prochain combat, et au suivant, et au suivant. Vous êtes l’outsider.

D’autres jeux vidéo, en particulier les RPG, ont tendance à vous positionner comme l’homme le plus puissant au monde, mais Slay The Spire vous donne à la place The Ironclad comme combattant de départ, un personnage de milieu de gamme dont le deck est assez équilibré entre attaquer et bloquer sans aucun problème majeur. stratégies décalées (les autres personnages à débloquer varient, mais comme nous ne sommes qu’à quelques semaines de Slay The Spire, je me concentrerai uniquement sur le personnage débutant). Sa tactique penche vers le style de combat tit-for-tat : Frappe, bloque, frappe, bloque, et ainsi de suite. Le défi consiste à survivre assez longtemps pour abattre les ennemis avec plus de 80 HP, car vos attaques ne font généralement que 6 à 15 dégâts en une seule fois.

Grand (12)

Et survivre, c’est ralentir les choses. Là où je frapperais normalement fort et subirais autant de dégâts en retour, je dois plutôt passer une grande partie de mes tours à atténuer les dégâts. Je n’ai que trois “énergies” par tour, et je peux les utiliser pour frapper, défendre ou utiliser diverses autres cartes uniques qui augmentent les statistiques, diminuent les statistiques ennemies, etc. Il est tentant d’utiliser les trois points d’énergie pour utiliser mes cartes dommageables cool, mais lentement mais surement, on réussit, donc à la place, j’utilise deux des points d’énergie pour défendre, et le dernier pour attaquer, réduisant lentement les PV de l’ennemi. Mot-clé: tout doucement.

Parfois, tout ce que vous pouvez faire est de faire de votre mieux pour bloquer les dégâts, afin de pouvoir vous rendre dans la pièce voisine ou le lendemain.

La chose à propos de Slay The Spire jusqu’à présent, c’est que ce n’est pas du tout une course. Vous n’obtenez pas de points bonus pour être rapide ou efficace. Tout ce que vous obtenez est la récompense d’avoir atteint la pièce suivante. Mais parfois, c’est tout ce dont vous avez besoin – la pièce voisine pourrait vous soigner, vous améliorer, vous rendre plus fort ou plus résistant d’une manière ou d’une autre. Vous avez juste besoin de survivre.

Et oui, je vais faire une analogie maladroite ici, bouclez votre ceinture: j’ai l’impression que la douce insistance de Slay The Spire sur le fait que vous devriez probablement prendre soin de vous avant d’essayer de tuer des monstres est une leçon assez utile en général. C’est tout ce “mettez votre masque à oxygène avant d’aider les autres”, en quelque sorte. Lorsque vous êtes dans le pétrin – que ce soit que vous passiez une mauvaise journée ou que vous combattiez un groupe de petits gobelins bizarres qui n’arrêtent pas de vous maudire pour que vous subissiez plus de dégâts – parfois, tout ce que vous pouvez faire est de faire votre préférable de le bloquer, afin que vous puissiez vous rendre dans la pièce voisine, ou le lendemain.

Défendre, protéger et survivre semblent un peu ennuyeux et passifs, mais ils peuvent faire la différence entre la défaite et le succès – même si ce succès est de la peau de vos dents.


Donc, c’est ce que je ressens à propos de Slay The Spire après quelques semaines ! Je suis ravi d’essayer les autres personnages – je viens de déverrouiller The Silent, et bien que j’apprécie les stratégies sans fioritures de The Ironclad, je suis intéressé par les attaques passives de poison de The Silent. Avec The Ironclad, j’ai réussi à atteindre le boss de la deuxième zone, et il m’a absolument tabassé. Trucs et astuces bienvenus !

Et, bien sûr, ce n’est qu’à mi-chemin : revenez à la fin du mois pour nos réflexions complètes sur Slay The Spire, et pour la partie discussion du Club de lecture Club des arriérés !

.

Leave a Comment