Charlie Brown et ses amis célèbrent l’environnement

Charlie Brown a eu une relation un peu frustrante avec la Terre. Il y a cet arbre agaçant qui mange toujours son cerf-volant. Et une fois, ses amis ont transformé son terrain de baseball bien-aimé en jardin.

Au fil des années dans la bande dessinée et dans les émissions spéciales télévisées, le gang Peanuts a longtemps pris soin de la Terre. Et maintenant, ce mois-ci, il y a deux nouveaux spéciaux liés à la nature mettant en vedette Charlie et ses copains pour le Jour de la Terre et le Jour de l’arbre.

“It’s the Small Things, Charlie Brown” est diffusé sur Apple TV+ à partir du 15 avril et il y a une nouvelle courte animation dans la série “Take Care” intitulée “We Need Our Trees”, lancée le 12 avril sur Peanuts.com. 150e anniversaire de la Journée de l’arbre cette année.

Dans le premier, les enfants sont prêts pour le tournoi de baseball du quartier lorsque les choses s’arrêtent. La petite sœur de Charlie, Sally, se lie avec un pissenlit sur le monticule du lanceur et cela menace le grand match.

“Les petits gars comme nous, nous devons nous serrer les coudes”, dit Sally au pissenlit. “Ne vous inquiétez pas. Je veillerai sur vous. Je promets.”

Sally protège ce que d’autres appellent une “petite mauvaise herbe insignifiante” et (alerte spoiler !) Cela devient la motivation du gang pour apporter de bons changements à son environnement.

Le thème respectueux de la Terre n’est pas nouveau. Au début, les personnages ont parfois mal compris le fonctionnement du monde naturel. Lucy, par exemple, était cohérente que la Terre a 48 soleils. Et Snoopy et Linus ont planté un jardin avec diligence. Mais ils l’ont planté avec des frites.

Peanuts partage également du contenu éducatif pour les élèves de la maternelle à la sixième année pour la Journée de l’arbre, en se concentrant sur l’importance des arbres pour les gens, les animaux et la Terre. Peanuts fait partie d’une initiative mondiale continue de plantation d’arbres avec la Fondation Arbor Day et SOS Mata Atlântica, une organisation à but non lucratif protégeant la forêt atlantique au Brésil. Les projets comprennent également la restauration de forêts au Népal, la plantation d’arbres dans les jardins communautaires de Chicago et la replantation de forêts détruites par des incendies dans l’Oregon.

Jean Schulz, veuve du créateur de Peanuts, Charles M. Schulz, a expliqué à Treehugger comment Charlie Brown, ses amis et leur créateur (alias “Sparky”) ont toujours été conscients et soucieux de l’environnement.

Treehugger : Dans Peanuts, nous voyons tellement de thèmes, comme l’amitié, la résilience et l’acceptation, mais M. Schulz a été cité comme disant que Peanuts était “à propos de rien”. Comment décririez-vous certains des thèmes qui, selon vous, ont toujours existé ?

Jean Schulz : Je dirais que les thèmes sont l’amitié et la vie. On pourrait dire que dans Peanuts, vous apprenez à vivre une bonne vie, vous apprenez à surmonter vos blessures et vous apprenez à pardonner vos blessures. Je pense que quand il dit qu’il ne s’agit de rien, il veut dire qu’il ne s’agit pas d’une seule chose sur laquelle vous pouvez mettre le doigt.

Cacahuètes dans le monde


C’est assez tôt dans les années 70 qu’il a commencé à parler de l’environnement et de l’impact humain sur la Terre. Était-ce une décision consciente ou reflétait-elle simplement ses propres intérêts et sentiments?

L’un des premiers thèmes sur l’environnement est que Lucy raconte des choses à Linus et, bien sûr, elle lui dit la mauvaise chose. Et puis il découvrira [the truth] ou elle va s’en débarrasser. Donc c’est toujours fait avec humour. Même nourrir les oiseaux. Ils jettent les croûtes de pain à Woodstock et il fait “blech” parce qu’il ne veut pas que les ordures mangent.

Je viens de faire une petite conférence en parcourant une exposition au [Charles M. Schulz] musée et il y a une jolie photo de Sparky à trois ou quatre ans avec ces grands yeux. Vous pouvez parfois regarder les petits enfants et ils ne font rien ou ne disent rien, mais ils assimilent tout. Et quand j’ai vu cette photo, c’est ce que j’ai dit. C’est Sparky, qui comprend tout. Il voit comment les relations se déroulent dans la maison et comment il y a toujours quelqu’un qui doit être la personne qui sait tout… et puis il y a d’autres personnes qui s’assoient juste à l’extérieur et prennent tout.

Donc je pense que ça n’a jamais été “Je vais écrire ça et ça fera penser les gens différemment.” Il a vraiment fait ce qui l’amusait. Et tout ce qui concerne le cerf-volant de Charlie Brown dans l’arbre et l’EPA [Environmental Protection Agency] venant après lui, qui est sorti des reportages. C’était dans sa conscience mais ce n’était pas une tentative consciente, “Je vais écrire une série de bandes dessinées qui feront réfléchir les gens sur la nature.”

“Nous avons besoin de nos arbres” / Peanuts Worldwide


Avec les deux nouvelles fonctionnalités, pourquoi le moment est-il particulièrement important pour Peanuts de discuter de l’environnement ?

Peanuts Worldwide a développé l’initiative “Take Care” avant la pandémie. Ils ont pensé qu’il était temps et c’est vraiment les gens du marketing de Peanuts qui ont réalisé que Peanuts pouvait faire quelque chose dans un monde qui semblait devoir se recentrer sur la prise en charge : un peu loin du moi-isme peut-être et penser plus largement à la société, la Terre, à propos de tout. Cette initiative a commencé et est restée quelque peu en sommeil au début de la pandémie, puis est devenue très robuste et nous avons commencé à travailler sur ces courtes vidéos « Take Care ». Grâce à notre partenariat avec Apple, ils font des vidéos plus longues mais axées sur nos thèmes classiques Peanuts.

C’est toujours approprié, ça a toujours été là, mais cela semblait être le moment où nous pouvions faire quelque chose d’important. Ça fait du bien dans notre monde Peanuts de penser qu’en plus de vendre des T-shirts, on peut vendre aux gens l’idée de la reforestation. Je suis allé au Népal et je sais qu’ils coupent la forêt là-bas pour le carburant parce que c’est ce qu’ils doivent utiliser. Quand j’étais là-bas, il y avait une très petite parcelle de forêt à environ 11 000 pieds où nous étions qui était en train d’être reboisée. J’ai encore cette photo d’un petit timbre-poste d’arbres qui ont été plantés et qui ont poussé.


Jean Schulz.

Cacahuètes dans le monde


Monsieur. Schulz a dit qu’il était un peu de chaque personnage qu’il a créé, pas seulement un. Et toi? Aviez-vous un personnage préféré ou un personnage avec lequel vous vous identifiez le plus ?

Sally est arrivée dans le Strip avant que j’entre dans la vie de Sparky. Mais il a donné à Sally deux expressions que je dis : “pauvre doux bébé” quand il s’est plaint et “mon doux babouin”. Donc je suis un peu comme Sally, je ne sais pas trop ce qui se passe. Je ne parle pas aux bâtiments, mais je pourrais.

Je voulais également souligner les programmes que nous faisons pour les écoles de la maternelle à la sixième année, et je pense que c’est merveilleux que nous donnions notre contenu Peanuts aux écoles pour attirer un peu plus d’attention.

Leave a Comment