Facebook autorise le trafic “effrayant” d’espèces sauvages en tant que plus petit singe du monde parmi les espèces en vente

Facebook est un marché florissant pour le commerce illégal d’espèces sauvages, permettant des volumes “effrayants” de trafic d’espèces menacées, selon une enquête.

Les algorithmes de la plateforme stimulent activement la diffusion du contenu par les braconniers illégaux, afin qu’ils soient vus par plus de personnes, selon les chercheurs.

Les postes d’animaux à vendre comprenaient des ouistitis pygmées, le plus petit singe du monde, ainsi que des tigres, des léopards, des pangolins et des perroquets gris d’Afrique.

L’organisation de campagne sociale Avaaz, qui a mené l’enquête, a déclaré que le commerce avait un effet dévastateur sur la biodiversité.

Il a accusé Facebook de ne pas avoir systématiquement appliqué ses propres politiques en autorisant les publications et en recommandant activement un contenu similaire à celui que les chercheurs avaient déjà consulté.

Les directives de Facebook interdisent le contenu cherchant à acheter, vendre ou donner des espèces en voie de disparition ou leurs parties.

Les enquêteurs ont déclaré avoir trouvé 129 messages contenant du contenu potentiellement dangereux sur le trafic d’espèces sauvages en quelques clics uniquement à partir de la barre de recherche de Facebook.

Ils ont déclaré que cela montrait à quel point des «volumes effrayants» de contenu nuisible en ligne sur le trafic d’espèces sauvages n’étaient pas contrôlés.

Une page Facebook, supprimée depuis, intitulée “Wildlife Trade, Pangolin Scale & Rhino Horn” a lancé un appel aux enchérisseurs sur leurs animaux en publiant une photo d’un pangolin dans une cage.

Dans un autre cas, les numéros de téléphone des commerçants ont été affichés publiquement à côté de vidéos de bébés tigres du Bengale en cage mis en vente.

L’indépendant a également vu des écailles de pangolin, des bébés tigres et des perroquets africains en vente sur Facebook.

Avaaz a déclaré que plus de la moitié – 54% – des recommandations de groupe faites par les algorithmes de Facebook aux chercheurs incluaient du contenu préjudiciable au trafic d’espèces sauvages, et 74% étaient considérées comme enfreignant les propres politiques de Facebook.

Après que les chercheurs ont signalé le contenu à Facebook à l’aide de son bouton “Signaler la publication”, la plateforme n’a supprimé que 43 % des publications.

“Les recherches d’Avaaz montrent que, sur Facebook, le trafic d’espèces sauvages se déroule en plein jour”, a déclaré Ruth Delbaere, responsable de la campagne juridique de l’organisation.

“En n’appliquant pas suffisamment ses propres politiques, Facebook permet un commerce international qui a des effets dévastateurs sur la biodiversité et la stabilité des écosystèmes naturels.”

Au fil des ans, d’autres enquêtes ont révélé que Facebook permettait également le commerce de l’ivoire d’éléphants et de rhinocéros en voie de disparition, ainsi que des publications faisant la publicité d’ours malais, de morses, de tortues, de rhinocéros, de tortues de mer et d’ailerons de requin.

En 2018, Facebook faisait partie des fondateurs de la Coalition pour mettre fin au trafic d’espèces sauvages en ligne, qui s’est fixé pour ambition de réduire le commerce illégal de 80 % d’ici 2020.

Un porte-parole du propriétaire de Facebook, Meta, a déclaré qu’il était injuste de juger les efforts d’application de la loi sur la base de seulement 129 messages et a déclaré qu’il avait supprimé les pages qui enfreignaient ses politiques.

“Les résultats ne reflètent pas le travail considérable que nous avons fait pour lutter contre le trafic d’espèces sauvages sur Facebook”, a déclaré le porte-parole, ajoutant que la société avait introduit une technologie pour trouver et supprimer ce contenu, et pour avertir les utilisateurs qui le recherchent.

“Il s’agit cependant d’un espace contradictoire, et les personnes derrière cette horrible activité sont persistantes et font constamment évoluer leurs tactiques pour tenter d’échapper à ces efforts”, a déclaré le porte-parole.

Le trafic illégal d’espèces sauvages ne conduit pas seulement des espèces vers l’extinction, mais on pense également qu’il présente un risque de transmission de maladies susceptibles d’infecter les humains.

(L’indépendant)

Leave a Comment