La bande de Fond du Lac dit qu’elle sera victime en aval de la pollution de la mine PolyMet

Une photo de riz sauvage, de bleuets sauvages et d’un pot de sirop d’érable a été projetée sur un grand écran dans une salle de conférence.

Thomas Howes, responsable du programme des ressources naturelles pour la bande de Fond du Lac du lac Supérieur Chippewa, a pointé du doigt le problème, a déclaré qu’il s’agissait de certains des moyens de subsistance traditionnels de sa tribu menacés par le ruissellement minier. Et c’est personnel.

“C’est littéralement la composition du premier repas solide de ma fille”, a déclaré Howes.

Ce fut un moment poignant lors d’une audience par ailleurs technique du US Army Corps of Engineers qui s’est terminée jeudi sur la question de savoir si le mercure et d’autres polluants du projet de cuivre-nickel proposé par PolyMet Mining à 1 milliard de dollars dans le nord-est du Minnesota affecteraient la bande en aval de Fond du Lac.

Il est rare qu’une tribu conteste un permis de destruction de zones humides en tant qu’État en aval, mais dans ce cas, la tribu a un allié important : l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA).

Le projet de mine PolyMet, qui serait la première mine en roche dure du Minnesota, est déjà au point mort avec d’importants permis en cours d’examen ou en litige. Le permis de dragage et de remblai en cause a été suspendu.

L’EPA a recommandé lors de l’audience que l’Army Corps of Engineers ne rétablisse pas le permis pour les zones humides. L’EPA, agissant en tant que conseiller scientifique du Corps, a déclaré qu’il n’y avait “aucune condition” qui pourrait être imposée au permis des zones humides pour garantir que le rejet de la mine serait conforme aux exigences de qualité de l’eau de la tribu, comme l’exige la loi.

La mine serait une “source potentielle importante de mercure” pour le bassin versant de la rivière Saint-Louis, a déclaré Tera Fong, directeur de la division de l’eau de la région 5 de l’EPA à Chicago.

Dans une déclaration en dehors de l’audience, le groupe a applaudi la recommandation de l’EPA comme une “grande victoire” dans sa lutte pour protéger les eaux dont dépendent ses habitants pour la pêche, la chasse et la cueillette du riz sauvage. Au cours de l’audience, le président de la bande, Kevin Dupuis Sr. a exhorté le Corps à révoquer le permis de dragage et de remblai.

“Comme vous l’avez entendu de nos experts, la science est claire”, a déclaré Dupuis au Corps. “Les rejets du projet PolyMet proposé violeront les normes de qualité de l’eau en aval de la bande et créeront des impacts négatifs sur les zones d’eau de réserve en aval de la bande et sur d’autres ressources issues de traités et ressources culturelles.”

Le groupe, qui compte environ 4 200 membres, est l’une des plus de 70 tribus à travers le pays avec des normes de qualité de l’eau approuvées par le gouvernement fédéral. C’est déjà une nation souveraine, mais les normes donnent également à la bande l’autorité d’un “État en aval” en vertu de la Clean Water Act.

Le Corps of Engineers prendra une décision pour rétablir, révoquer ou modifier le permis des zones humides. Le résultat fera probablement l’objet d’un appel et constitue un autre obstacle pour le projet au point mort.

Le permis a été initialement délivré en 2019 à PolyMet pour creuser une fosse minière et stocker des stériles sur 900 acres de zones humides qui faisaient autrefois partie de la forêt nationale supérieure. Les milieux humides se déversent dans les rivières Partridge et Embarrass, affluents de la rivière Saint-Louis. Pour compenser la perte, PolyMet a dû payer pour la conservation de 1 300 acres de zones humides ailleurs dans le comté de St. Louis.

Le groupe a dû intenter une action en justice devant un tribunal fédéral pour obtenir l’audience requise après que les agences fédérales ont ignoré ses objections au permis des zones humides, a déclaré Vanessa Ray-Hodge, avocate du groupe. La majeure partie de l’audience s’est déroulée sur la réserve de Fond du Lac, retransmise en direct pour le public.

Les experts techniques de la bande et de PolyMet ont proposé des évaluations radicalement différentes de la menace en aval du mercure, du méthylmercure, du sulfate et de la conductivité – les principales préoccupations de la bande en matière de pollution de l’eau.

Le sulfate est un produit chimique qui se produit naturellement mais qui est également rejeté par les mines et les centrales électriques, entre autres pollueurs. Il se transforme en sulfure dans les fonds boueux des cours d’eau et des zones humides et endommage les plants de riz sauvage.

Des concentrations élevées accélèrent également la conversion du mercure en la forme la plus toxique du métal, qui s’accumule dans les poissons et autres animaux sauvages et se retrouve chez les humains qui les mangent. C’est une neurotoxine puissante qui peut causer des lésions cérébrales chez les bébés.

La plupart des eaux du Minnesota sont déjà altérées par le mercure, mais les niveaux de poissons dans la rivière Saint-Louis sont exceptionnellement élevés, ont constaté les régulateurs de l’État. Les responsables de la santé des tribus et des États ont émis des avis contre la consommation excessive de poisson de ces eaux.

Il y a dix ans, des chercheurs ont découvert qu’un nourrisson sur 10 né le long de la côte nord du Minnesota avait des niveaux malsains de mercure dans son corps, probablement à cause de la consommation de poisson contaminé par sa mère. La majeure partie du mercure du Minnesota flotte dans l’état dans l’air à partir d’usines électriques et de fabrication aussi éloignées que la Chine, mais une bonne partie provient également localement de l’exploitation minière et du mercure dans les produits.

La conductivité fait référence aux ions dissous de certains composés dans l’eau qui conduisent l’électricité, nuisant aux organismes aquatiques tels que les phryganes, un aliment pour poissons.

PolyMet a déclaré que la mine n’entraînerait pas d’élévation du mercure, du méthylmercure, du sulfate et de la conductivité en aval parce que la réserve de la tribu est trop éloignée et parce qu’elle dispose d’un plan de gestion de l’eau solide pour capturer et traiter les ruissellements et les infiltrations de ses opérations. En fait, le système réduira la charge de mercure et de sulfate dans le bassin versant, a-t-il déclaré.

L’eau traitée sera plus propre que l’eau de pluie, a déclaré Christie Kearney, vice-présidente des affaires environnementales de PolyMet.

Les scientifiques de la bande Fond du Lac ont testé que des années de recherche et d’analyse montrent que les polluants dans le rejet atteindront non seulement la réserve, mais dépasseront les normes de qualité de l’eau de la bande. Il a documenté les effets toxiques du sulfate provenant des opérations minières sur le riz sauvage et comment il augmente la méthylation du mercure, a déclaré Nancy Schuldt, coordinatrice des projets d’eau de la bande.

Howes, le responsable du programme des ressources naturelles de la bande, a prouvé que la bande se battait dur pour protéger l’environnement de la réserve et cédait des territoires à ses propres normes. Il a illustré comment le groupe s’appuie sur la nature avec un diaporama qui présentait des photos en noir et blanc de son grand-père avec une chaîne de poissons, de sa grand-mère tenant un grand panier et de nombreux membres tribaux récoltant du riz sauvage et pêchant.

“Il ne s’agit pas de récolte récréative, il s’agit de nourrir nos familles”, a déclaré Howes. “Ce n’est pas un scénario de capture et de libération, c’est un scénario de capture et de consommation.”

Les commentaires du public seront pris jeudi de 16h à 21h via 888-251-2949 ou 215-861-0694 en utilisant le code d’accès : 9646123.

Les commentaires écrits seront acceptés jusqu’au 6 juin et peuvent être envoyés à usace-PolyMet-401a2@usace.army.mil ou au US Army Corps of Engineers, St. Paul District Regulatory Division, Suite 700, ATTN: Desiree Morningstar, 180 E 5e rue, Saint-Paul, MN 55101.

Correction:
Les versions précédentes de cette histoire avaient un titre incorrect pour Christie Kearney. Kearney est le vice-président des affaires environnementales de PolyMet.

Leave a Comment