La découverte génétique pourrait aider à vaincre l’infection mortelle du bétail africain

Nouvelles

La découverte génétique pourrait aider à vaincre l’infection mortelle du bétail africain

04 mai 2022

Edinbourg

Une section d’ADN trouvée pour protéger le bétail africain indigène contre la fièvre de la côte est pourrait sauvegarder les races introduites dans la région.

Une région clé de l’ADN a été identifiée qui permet à certains bovins de survivre à une infection potentiellement dévastatrice, ce qui laisse entrevoir la possibilité d’élever du bétail qui ne succombera pas à la maladie.

“La découverte de gènes qui permettent au bétail de survivre à l’infection par la fièvre de la côte orientale offre une voie pour introduire cet ADN bénéfique dans des races non indigènes, permettant de réduire l’incidence de la maladie et d’augmenter la productivité, ce qui profiterait à des millions de petits exploitants ruraux en Afrique. , ” a déclaré le Dr James Prendergast, du Roslin Institute and Center for Tropical Livestock Genetics and Health.

Cette découverte pourrait aider les efforts visant à cibler la fièvre de la côte Est, ou theilériose, qui tue un million d’animaux chaque année et coûte 600 millions de dollars aux agriculteurs, affectant en grande partie les petits exploitants d’Afrique subsaharienne.

Cela pourrait permettre aux agriculteurs des régions touchées d’Afrique de conserver des races non indigènes avec une productivité plus élevée, à condition qu’elles portent la signature génomique nécessaire pour tolérer la maladie.

La découverte offre un potentiel pour gérer une menace croissante d’infection par la tique brune de l’oreille, qui propage le parasite Theileria parva qui cause l’infection, et devrait augmenter son aire de répartition géographique dans un climat qui se réchauffe.

Lien de survie

Des chercheurs du Centre for Tropical Livestock Genetics and Health (CTLGH), du Roslin Institute, de l’International Livestock Research Institute (ILRI) et de l’Université de Glasgow ont cherché à comprendre si les régions du génome bovin transmises entre les générations pouvaient équiper certains animaux pour survivre à l’infection. avec la fièvre de la côte Est.

L’analyse génétique des bovins Boran – une race d’Afrique de l’Est dans laquelle certains animaux peuvent tolérer la maladie – a permis à l’équipe d’identifier une région d’ADN qui pourrait jouer un rôle clé dans la prévention d’une infection mortelle. Les résultats suggèrent qu’un gène dans la région peut aider à prévenir la production incontrôlée de cellules infectées et à réduire le risque qu’un animal tombe gravement malade ou meure.

L’équipe a validé ses résultats à l’aide de données précédemment enregistrées auprès d’une population indépendante de bovins d’Afrique de l’Est.

Leurs découvertes indiquent que la région d’ADN mise en évidence par leur étude peut avoir évolué en réponse à un autre parasite Theileria, connu sous le nom de Theileria annulata, et qu’elle peut potentiellement offrir une protection contre les deux.

Le résultat suggère que l’élevage de bovins porteurs de la région génétique clé, ou le développement de bovins dont l’ADN est modifié pour porter la signature génétique nécessaire, peut augmenter la tolérance à la fièvre de la côte orientale chez les bovins importés à travers l’Afrique.

“Cette recherche importante, identifiant les gènes qui pourraient transformer l’élevage bovin pour les petits exploitants agricoles dans les pays à revenu faible et intermédiaire, est un exemple de partenariat efficace entre les experts britanniques et africains en génomique et en élevage du bétail pour trouver des solutions pratiques à la productivité dans le monde réel, défis d’adaptation et de résilience », a déclaré le professeur Appolinaire Djikeng du Centre de génétique et de santé du bétail tropical.

L’étude, publiée dans PLOS Genetics, a été financée par la Fondation Bill & Melinda Gates et le Bureau britannique des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement (FCDO) et soutenue par le CGIAR et le Biotechnology and Biological Sciences Research Council, qui fait partie de UK Research and Innovation.





Leave a Comment