La NASA attend des décisions sur les échanges d’équipages de l’ISS d’ici juin

WASHINGTON – La NASA dit qu’elle s’attend à savoir d’ici juin si un cosmonaute russe participera à une mission Crew Dragon en septembre en échange d’un astronaute de la NASA volant sur un Soyouz, alors que la direction de l’agence continue d’exprimer son optimisme quant à la coopération à long terme avec la Russie sur la station spatiale.

Lors d’un briefing le 26 avril sur la prochaine mission Crew-4 Crew Dragon vers la Station spatiale internationale, Joel Montalbano, responsable du programme ISS de la NASA, a déclaré que l’agence attendait que le ministère russe des Affaires étrangères approuve un accord qui permettra à la NASA et à Roscosmos de troquer des sièges. . .

Un tel accord permettra à des «équipages mixtes» d’astronautes de la NASA et de cosmonautes de Roscosmos de voler à la fois sur Soyouz et sur des véhicules d’équipage commerciaux vers l’ISS. Cela garantira qu’il y aurait au moins un Américain et un Russe à la station si un véhicule était hors service pendant une période prolongée.

“Nous espérons récupérer cela du début à la mi-mai”, a-t-il déclaré à propos de l’accord de troc de sièges. En supposant que la Russie approuve l’accord, il a déclaré que le département d’État américain procéderait à un examen final de toutes les modifications apportées par la Russie avant son entrée en vigueur.

Il a ajouté qu’il s’attendait à ce que la Russie l’approuve. “Nous discutons régulièrement avec nos collègues russes à ce sujet”, a-t-il déclaré. “Ils ont soutenu l’équipe d’échange, et nous attendons donc une réponse positive du gouvernement russe.”

Montalbano a déclaré que la NASA avait besoin d’une décision dans “la période de mi-juin à fin juin” pour permettre un échange d’équipage pour des missions dont le lancement est prévu cet automne. Un cosmonaute russe, Anna Kikina, volerait alors sur la mission Crew-5 lancée dans la première moitié de septembre, tandis qu’un astronaute américain volerait sur la mission Soyouz MS-22 lancée plus tard en septembre.

Ces projets d’échange d’équipages se poursuivent malgré l’effritement des relations entre la Russie et l’Occident à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine. La coopération spatiale civile entre les nations occidentales et la Russie en dehors du programme ISS a été largement interrompue, comme la mission ExoMars de l’Agence spatiale européenne qui est maintenant suspendue après que l’ESA a suspendu la coopération avec la Russie qui aurait lancé la mission Mars rover en septembre sur un Proton.

Les responsables de la NASA ont réitéré depuis le début de l’invasion que les opérations quotidiennes de l’ISS n’ont pas été entravées par la situation géopolitique. Cependant, il subsiste des doutes persistants dans la communauté spatiale quant à l’engagement à long terme envers la station, d’autant plus que Roscosmos n’a pas encore approuvé une extension des opérations de l’ISS au-delà de 2024.

Lors d’un autre briefing le 26 avril, l’administrateur de la NASA, Bill Nelson, a déclaré qu’il était confiant dans la coopération à long terme avec la Russie à la station, citant la coopération avec l’ex-Union soviétique qui remonte à un demi-siècle pendant la guerre froide. Cela s’étend à une “relation professionnelle” entre les cosmonautes et les astronautes à la station et entre les contrôleurs de vol à Houston et à Moscou.

“Malgré les horreurs que nous voyons quotidiennement de nos yeux à la télévision sur ce qui se passe en Ukraine à la suite de décisions politiques prises par le président de la Russie”, a déclaré Nelson, “je vois cette relation professionnelle avec les astronautes et les cosmonautes et les équipes au sol des deux contrôles de mission respectifs se poursuivent. »

Alors que Nelson a souligné la bonne relation de travail entre la NASA et Roscosmos sur les opérations de l’ISS, il n’a pas discuté de la rhétorique de son homologue russe, Dmitry Rogozin, chef de Roscosmos. Rogozine a continué à utiliser son compte sur Twitter – un service bloqué en Russie depuis peu après l’invasion – pour diffuser de la propagande et se moquer des responsables ukrainiens et occidentaux.

Nelson et Josef Aschbacher, directeur général de l’ESA, ont déclaré lors du briefing qu’ils ne s’attendaient pas à ce que la guerre en Ukraine affecte leurs projets de recherche d’extensions de l’ISS de 2024 à 2030. Aschbacher a déclaré qu’une extension serait envisagée par les États membres de l’ESA. lors de sa prochaine réunion ministérielle à la fin de cette année.

Leave a Comment