L’alerte rouge de 10 000 pages de l’ONU sur le changement climatique

Les preuves scientifiques ont levé tout doute persistant sur le fait que l’activité humaine est “sans équivoque” responsable du réchauffement climatique, selon le GIEC.

L’accélération du réchauffement climatique entraîne une marée montante d’impacts qui pourraient causer une profonde misère humaine et un désastre écologique, et il n’y a qu’un seul moyen d’éviter la catastrophe : réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre.

Répartis sur 10 000 pages, ce sont les principaux enseignements d’un trio de rapports de l’ONU sur le changement climatique publiés en août 2021, février 2022 et lundi. Les trois tomes – chacun avec sa propre liste de centaines d’auteurs – se concentrent sur la science physique, les impacts et la nécessité de s’adapter, et enfin comment réduire la pollution par le carbone.

Ce sera la sixième trilogie de ce type depuis que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié son premier rapport en 1990 et s’est positionné comme le dernier mot sur la science derrière le réchauffement climatique.

Voici cinq principales conclusions des trois rapports :

Hors de tout doute

Quoi qu’en disent les climato-sceptiques, les preuves scientifiques ont levé tout doute persistant sur le fait que l’activité humaine est “sans équivoque” responsable du réchauffement climatique, qui a vu la planète se réchauffer en moyenne de 1,1 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels.

La concentration atmosphérique de CO2– le principal moteur du réchauffement, émis principalement par la combustion de combustibles fossiles – a augmenté au moins 10 fois plus vite entre 1900 et 2019 qu’à tout moment au cours des 800 000 dernières années, et est à son plus haut niveau depuis deux millions d’années.

L'Accord de Paris de 2015 appelle à plafonner le réchauffement climatique

L’Accord de Paris de 2015 appelle à plafonner le réchauffement climatique “bien en dessous” de 2C, et de 1,5C si possible.

Adieu 1.5C ?

L’Accord de Paris de 2015 appelle à plafonner le réchauffement climatique “bien en dessous” de 2C, et de 1,5C si possible. Un crescendo d’impacts mortels déjà ressentis et une multitude de nouvelles sciences ont conduit la plupart des pays à adopter l’objectif ambitieux le plus ambitieux.

Mais ce navire a peut-être navigué.

Dans chaque projection du GIEC pour un avenir vivable, la température moyenne à la surface de la Terre augmente de 1,5°C ou 1,6°C d’ici 2030 environ, soit une décennie plus tôt que les estimations faites il y a seulement quelques années.

En théorie, il sera possible de limiter les augmentations de température en dessous du seuil de 1,5 ° C d’ici la fin du siècle, mais même un “dépassement” temporaire pourrait causer des dommages irréversibles aux écosystèmes fragiles aux pôles, dans les montagnes et dans les zones côtières. .

Si les pays n’améliorent pas les engagements de réduction des émissions jusqu’en 2030, pris dans le cadre du traité de Paris, même rester sous 2C sera un sérieux défi. Les politiques nationales actuelles verraient la Terre se réchauffer de 3,2 °C d’ici 2100.

Avalanche de souffrance

Autrefois un problème lointain, les conséquences dévastatrices du changement climatique sont devenues une réalité ici et maintenant. Près de la moitié de la population mondiale – entre 3,3 et 3,6 milliards – est « très vulnérable » aux effets mortels du réchauffement climatique, qui ne manqueront pas de s’aggraver.

Des centaines de millions de personnes pourraient être chassées de chez elles par la montée du niveau de la mer

Des centaines de millions de personnes pourraient être chassées de chez elles par la montée du niveau de la mer.

Des vagues de chaleur si extrêmes qu’elles sont littéralement invivables ; des supertempêtes rendues plus meurtrières par une atmosphère gorgée d’eau et la montée des mers ; sécheresse, pénurie d’eau, plus de moustiques et de tiques porteurs de maladies…

Ces impacts et d’autres vont s’aggraver et ravageront de manière disproportionnée les populations les plus vulnérables de la Terre, y compris les peuples autochtones.

Des centaines de millions de personnes pourraient éventuellement être chassées de chez elles par le niveau de la mer, principalement dû à la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique, qui continuera d’augmenter au cours du siècle prochain, quelle que soit la rapidité avec laquelle l’humanité réduira ses émissions.

Même si le réchauffement climatique est plafonné à 2°C, les océans pourraient gagner un demi-mètre d’ici 2100 et deux mètres d’ici 2300, soit le double de l’estimation du GIEC de 2019.

Seule option restante

Le GIEC insiste sur le fait qu’il ne fournit pas de recommandations, uniquement des informations générales et des options politiques afin que les décideurs puissent faire les bons choix pour assurer un “avenir vivable” à la planète et à ses habitants.

Mais toutes les routes menant à un monde 1,5C ou même 2C ” impliquent des réductions rapides et profondes et dans la plupart des cas immédiates des émissions de gaz à effet de serre dans tous les secteurs “, y compris l’industrie, les transports, l’agriculture, l’énergie et les villes.

Atteindre ces objectifs de température nécessitera une réduction massive de l’utilisation des combustibles fossiles, selon le GIEC : 90 %, 25 % et 40 % de charbon, de gaz et de pétrole en moins, respectivement, d’ici 2050, et 90 %, 40 % et 80 % de moins d’ici 2100. .

L’utilisation de centrales au charbon qui ne déploient pas de technologie de capture du carbone pour compenser une partie de leur pollution pour produire de l’électricité doit diminuer de 70 à 90 % d’ici huit ans.

D'ici 2050, la quasi-totalité de la production d'électricité devra être décarbonée si l'on veut atteindre les objectifs de température de Paris

D’ici 2050, la quasi-totalité de la production d’électricité devra être décarbonée si l’on veut atteindre les objectifs de température parisiens.

Les points de basculement

Le nouveau trio de rapports du GIEC souligne comme jamais auparavant le danger des “points de basculement”, des seuils de température dans le système climatique qui pourraient, une fois franchis, entraîner des changements catastrophiques et irréversibles.

La bonne nouvelle est que nous semblons nous être éloignés des scénarios d’émissions d’origine humaine qui pourraient à eux seuls entraîner un monde 4C ou 5C. La mauvaise nouvelle est que les scénarios de point de basculement “faible probabilité/impact élevé” dans la nature pourraient tout de même nous y conduire.

La désintégration des calottes glaciaires qui élèverait le niveau des océans d’une dizaine de mètres ou plus ; la fonte du pergélisol contenant de vastes réserves des mêmes gaz à effet de serre que nous essayons désespérément de garder hors de l’atmosphère ; la transformation du bassin amazonien de la forêt tropicale à la savane – tout pourrait être déclenché par un réchauffement climatique supplémentaire.

Où sont ces déclencheurs ? Les scientifiques ne sont pas sûrs, mais ils savent que le risque est beaucoup plus élevé dans un monde qui s’est réchauffé de 2 °C au-dessus des niveaux du XIXe siècle que dans un monde qui s’est réchauffé de 1,5 °C.

Au-dessus de 2,5C, le risque est “très élevé”.


L’élimination du carbone basée sur la nature peut nous aider à nous protéger d’une planète qui se réchauffe


Plus d’information:
www.un.org/en/climatechange/reports

© 2022 AFP

Citation: L’alerte rouge de 10 000 pages de l’ONU sur le changement climatique (4 avril 2022) récupérée le 5 avril 2022 sur https://phys.org/news/2022-04-page-red-climate.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Leave a Comment