L’analyse des observations des scientifiques citoyens en 2015 révèle des phénomènes atmosphériques

Lettres de recherche géophysique (2022). DOI : 10.1029/2022GL098511″ width=”800″ height=”530″/>

(a) Un large arc rouge auroral stable (SAR) est observé à 09h27 UT (à gauche), une forte amélioration de la vitesse d’émission thermique (STEVE) à 09h51 UT (au centre) et un arc partiel avec des structures de palissades vertes à 10h02 TU (à droite). L’activité aurorale est observée en bas (sud) de chaque image. L’ouest est à droite; (b, c et d) montrent des images décomposées en rouge, vert et bleu, respectivement, en même temps que le panneau (a). A 09:27 TU (à gauche) aucun arc n’est observé dans les canaux vert et bleu. A 09h51 TU (au centre), les trois canaux détectent l’arc. A 10h02 TU (à droite), l’émission principale provient du canal vert où des structures de palissade sont observées. Un arc partiel est également observé dans le canal rouge à droite de l’image. Le crédit: Lettres de recherche géophysique (2022). DOI : 10.1029/2022GL098511

Une équipe de chercheurs de Nouvelle-Zélande, des États-Unis et du Canada a confirmé la première observation d’un arc SAR évoluant vers un STEVE. Dans leur article publié dans la revue Lettres de recherche géophysique, le groupe détaille son analyse de plusieurs ensembles de données utilisées pour décrire l’événement atmosphérique rare et unique et ce qu’il leur a montré sur ces événements en général.

En 2015, le scientifique citoyen I. Griffith a remarqué quelque chose d’inhabituel se produisant dans le ciel nocturne au-dessus de lui au-dessus de Dunedin, en Nouvelle-Zélande. Un arc de lumière, qu’il a décrit comme rouge sang, s’est déplacé dans le ciel sombre. Intrigué, il saisit sa caméra et commence à filmer l’action. Au cours des 30 minutes suivantes, l’arc s’est lentement transformé en ce qui est devenu connu sous le nom de Strong Thermal Emission Velocity Enhancement (STEVE). Curieux de savoir ce dont il avait été témoin, il a envoyé ce qu’il avait capturé aux astronomes professionnels de l’Université d’Otago, également à Dunedin. Intrigué également, le groupe a envoyé les images à d’autres collègues. Finalement, une équipe de chercheurs a été formée pour étudier l’événement.






Le film montre la séquence complète d’observations, ainsi que des films non déformés dans les canaux rouge, vert et bleu, respectivement. Crédit : C. Martinis et al, Arc-en-ciel de la nuit : première observation directe d’un arc SAR évoluant vers STEVE, Lettres de recherche géophysique (2022). DOI : 10.1029/2022GL098511

Les chercheurs ont recueilli des données provenant d’autres sources, notamment des satellites et un imageur du ciel dans un observatoire local. En étudiant toutes les données, il est devenu clair que les premières images capturées par Griffith montraient un arc auroral rouge (SAR) stable, qui est une structure subaurorale et un événement qui n’est pas réellement une aurore mais qui se produit dans l’atmosphère en raison de raisons inconnues.

Les chercheurs ont noté que son arrivée coïncidait avec une tempête géomagnétique – une perturbation de la magnétosphère terrestre – suggérant que la lumière était due à des particules chargées dans la haute atmosphère. Puis, au fur et à mesure que l’arc commençait à s’atténuer, le rouge vira au mauve, la signature d’un STEVE, ce qui n’est pas très bien compris non plus. Et puis, alors que le STEVE commençait à s’estomper, une autre lumière est apparue à proximité qui a été décrite comme une palissade verte, qui a déjà été signalée – et dont on sait encore moins.

Les chercheurs notent que les trois événements lumineux n’étaient pas des aurores, car tous les trois semblaient être le résultat d’une énergie générée localement, plutôt que de particules venant d’ailleurs. Ils ont également noté que l’événement était le premier connu à avoir vu les trois ensemble.


De mystérieuses émissions lumineuses STEVE émanent de la magnétosphère terrestre


Plus d’information:
C. Martinis et al, Arc-en-ciel de la nuit : première observation directe d’un arc SAR évoluant vers STEVE, Lettres de recherche géophysique (2022). DOI : 10.1029/2022GL098511

© 2022 Réseau Science X

Citation: L’analyse des observations des scientifiques citoyens en 2015 révèle des phénomènes atmosphériques (2022, 24 juin) récupéré le 24 juin 2022 sur https://phys.org/news/2022-06-analysis-citizen-scientist-reveals-atmospheric.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Leave a Comment