Lark Shields: le nouveau commissaire à la pêche et à la faune suit la ligne

Ce commentaire est de Lark Shields, un résident de Craftsbury.

Le mercredi janv. Le 19, il y a eu une audience sur un projet de loi visant à interdire les déchets gratuits – H.411 – au sein du comité des ressources naturelles de Vermont House.

Les déchets gratuits sont la chasse ou le piégeage d’animaux sauvages sans intention d’utiliser cet animal pour la viande, la fourrure, la peau, les plumes ou la taxidermie. L’effort législatif découle d’une lettre de 2018 écrite par un garde-chasse à la retraite du Vermont qui en avait assez de voir le gaspillage d’animaux sauvages dans nos forêts par des chasseurs et des trappeurs contraires à l’éthique. Il a spécifiquement noté le meurtre inutile de coyotes.

Au cours de l’audience, le nouveau commissaire du Vermont Fish & Wildlife Department, Christopher Herrick, a fait ses débuts législatifs pour témoigner sur H.411, maintenant dans sa troisième année de débat. Il est important de noter que, sans que ce soit sa faute, le commissaire est encore nouveau dans son travail et on ne peut pas s’attendre à ce qu’il connaisse les nuances du sujet discuté.

Cela dit, il a décidé de faire cavalier seul et de présenter les points de discussion du ministère sans l’aide d’un expert en la matière. Ce qui s’est passé ensuite était à la fois prévisible et frustrant.

Dans son témoignage, qui a pris un ton d’hostilité tranquille, le commissaire a lu à haute voix une liste d’exigences sur lesquelles il insistait s’il – et, par extension, le ministère de la Pêche et de la Faune – soutenaient une interdiction du gaspillage gratuit de la faune. .

Il a demandé que le comité exempte les corbeaux et les coyotes du projet de loi. Donc, pour être clair, il dit qu’il veut continuer à autoriser le gaspillage gratuit de ces espèces spécifiques uniquement.

Si vous ne le savez pas déjà, les corbeaux et les coyotes sont tués pour s’amuser et s’entraîner à la cible dans le Vermont. La décision du commissaire de les exclure du projet de loi laisse présumer que le commissaire ne voulait pas se faire critiquer par un groupe restreint mais vocal de chasseurs et de trappeurs sans éthique. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il voulait exclure ces espèces par des législateurs curieux, il a cité des raisons fondées sur l’émotion – dans le cas des coyotes – et sur un manque fondamental de connaissance du projet de loi réel – dans le cas des corbeaux.

Il a estimé que les coyotes sont des tueurs impitoyables de cerfs et a donc laissé entendre qu’ils devraient être tués. Il a justement demandé aux membres du comité s’ils avaient déjà vu un coyote abattre un cerf, et en quoi ce n’était «pas beau à voir» – prenant apparemment une position morale élevée sur la façon dont Mère Nature a conçu un prédateur, comme le coyote, dans sa justification. continuer à les tuer inutilement.

C’est le même genre de déformation basée sur la peur et la haine des prédateurs que nous voyons par les responsables gouvernementaux de l’Ouest dans leur massacre incessant de loups.

Et pour avoir tué des corbeaux, le commissaire a déclaré que c’était pour défendre des fermes, mais une disposition clé déjà dans le projet de loi permet de tuer des animaux sauvages, y compris des corbeaux, pour défendre la propriété. Il aurait été utile que le commissaire lise le projet de loi avant de le tester.

Alors qu’il lisait à haute voix son témoignage, assis derrière lui, regardant avec un consentement sincère, se trouvait un lobbyiste pour les chasseurs et les trappeurs. Ces optiques en disaient long. Et puis la grande surprise de son témoignage est venue lorsque le commissaire a proposé une exemption selon laquelle les chasseurs et les trappeurs peuvent tuer des animaux sauvages pour obtenir de l’engrais et être toujours couverts par la loi sur les déchets gratuits.

Oui, engrais.

Ainsi, dans le cadre d’un projet de loi visant à interdire l’abattage inutile d’animaux sauvages, il a voulu ajouter une disposition qui permettrait d’utiliser spécifiquement l’abattage d’animaux sauvages pour fertiliser votre jardin. De toute évidence, tuer un animal pour la nourriture, la fourrure, les plumes, la peau ou la taxidermie n’était pas tout à fait suffisant.

C’était un ajout suspect d’un seul mot – engrais – créant une échappatoire qui rendrait la loi difficile à appliquer. D’un point de vue plus cynique, on pourrait constater qu’une disposition sur les engrais est une pilule empoisonnée qui rend tout le projet de loi édenté.

Sans surprise, le gouverneur Scott a nommé un nouveau commissaire qui n’a aucune qualification en ce qui concerne la compréhension des sciences de l’environnement et des besoins en matière de biodiversité. Le nouveau commissaire semble également peu disposé à traverser l’allée et à travailler avec le public qui ne chasse pas et ne trappe pas, la majorité dans le Vermont. On peut supposer que Herrick ressent la pression de certains membres de la communauté de la chasse et du piégeage pour obstruer et obscurcir toute activité législative.

Herrick a pataugé dans l’eau au-dessus de sa tête et doit rapidement comprendre comment nager dans un environnement de vues récalcitrantes détenues par une minorité de “sportifs”, dans le contexte d’une société déjà changée qui exige de meilleures protections pour la faune.

3 000 livres en 30 jours

Notre journalisme est rendu possible grâce aux dons de nos membres. VTDigger s’associe à la Children’s Literacy Foundation (CLiF) lors de notre Spring Member Drive pour envoyer 3 000 nouveaux livres aux jeunes du Vermont risquant de grandir avec de faibles compétences en littératie. Faites votre don et envoyez un livre dès aujourd’hui !

Classé sous :

Commentaire

Tags: Christopher Herrick, engrais, H.411, boucliers d’alouettes, déchets aveugles

Commentaire

À propos des commentaires

VTDigger.org publie 12 à 18 commentaires par semaine à partir d’un large éventail de sources communautaires. Tous les commentaires doivent inclure le prénom et le nom de l’auteur, sa ville de résidence et une brève biographie, y compris les affiliations avec des partis politiques, des groupes de pression ou d’intérêts spéciaux. Les auteurs sont limités à un commentaire publié par mois de février à mai ; le reste de l’année, la limite est de deux par mois, si l’espace le permet. La longueur minimale est de 400 mots et la longueur maximale est de 850 mots. Nous demandons aux commentateurs de citer des sources pour les citations et, au cas par cas, nous demandons aux rédacteurs d’étayer leurs affirmations. Nous n’avons pas les ressources nécessaires pour vérifier les commentaires et nous nous réservons le droit de rejeter les opinions pour des questions de goût et d’inexactitude. Nous ne publions pas de commentaires qui sont des approbations de candidats politiques. Les commentaires sont des voix de la communauté et ne représentent en aucun cas VTDigger. Veuillez envoyer votre commentaire à Tom Kearney, [email protected].