Le Canada dévoile un plan de plusieurs milliards de dollars pour réduire les émissions de carbone | Actualités Environnement

Les écologistes accueillent favorablement le plan de réduction des émissions, mais affirment qu’il sera vital de “tenir les politiciens aux pieds du feu”.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a dévoilé un plan de 7,3 milliards de dollars (9,1 milliards de dollars canadiens) pour aider le pays à atteindre son objectif d’émissions de carbone, y compris des réductions importantes dans le secteur pétrolier et gazier.

S’exprimant à Vancouver mardi, Trudeau a lié les efforts de l’Europe pour s’éloigner du pétrole et du gaz naturel russes après l’invasion de l’Ukraine par le pays à une poussée mondiale plus large vers les énergies renouvelables.

“Les dirigeants avec lesquels j’ai parlé en Europe au cours des dernières semaines étaient clairs : ils ne veulent pas seulement mettre fin à leur dépendance au pétrole et au gaz russes, ils veulent accélérer la transformation énergétique vers une énergie propre et verte”, a déclaré Trudeau aux journalistes.

« Le monde entier se concentre sur l’énergie propre », a-t-il dit, « et le Canada ne peut pas se permettre de ne pas le faire.

Le plan annoncé mardi comprend un investissement de 2,3 milliards de dollars (2,9 milliards de dollars canadiens) dans des véhicules zéro émission et les infrastructures connexes, ainsi que 800 millions de dollars (un milliard de dollars canadiens) pour « écologiser » les maisons et les bâtiments canadiens.

Le gouvernement affirme également qu’il travaillera en étroite collaboration avec les provinces et les territoires pour élaborer une approche visant à limiter les émissions du secteur pétrolier et gazier afin d’atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2050 et de réduire les émissions de méthane du pétrole et du gaz d’au moins 75 % d’ici 2030.

Trudeau a été salué comme un leader climatique à l’échelle internationale, s’engageant à réduire les émissions du Canada et à investir dans une énergie plus propre. Mais son gouvernement libéral a été critiqué pour avoir soutenu l’expansion des oléoducs et d’autres projets énergétiques qui, selon les critiques, aggraveraient la crise climatique.

L’année dernière, les libéraux ont fixé un nouvel objectif de réduction des émissions de carbone de 40 à 45 % sous les niveaux de 2005 d’ici 2030. Mais un chien de garde parlementaire indépendant a conclu qu’Ottawa n’avait pas fait assez pour atteindre cet objectif, après s’être penché sur des décennies d’actions gouvernementales sur le climat qui a entraîné une augmentation des émissions.

Le commissaire à l’environnement, Jerry DeMarco, a déclaré en novembre que le Canada était classé « le moins performant » parmi les pays industrialisés du G7 en matière de réduction des émissions.

Alors que le Canada représente environ 1,6 % des émissions mondiales de CO2, il figure parmi les 10 plus grands émetteurs mondiaux et l’un des plus grands émetteurs par habitant.

Le nouveau plan de réduction des émissions de Trudeau intervient quelques jours seulement après que son gouvernement a annoncé la semaine dernière qu’il augmenterait les exportations de pétrole et de gaz cette année jusqu’à 300 000 barils par jour, soit une augmentation d’environ 5 %.

Cette décision, a déclaré jeudi dernier le ministre de l’Environnement, Jonathan Wilkinson, visait à aider les alliés du Canada à répondre à « une crise de sécurité énergétique » causée par l’invasion continue de l’Ukraine par la Russie.

Le Canada, qui abrite les sables bitumineux du nord de l’Alberta, est le quatrième producteur de pétrole au monde après la Russie, l’Arabie saoudite et les États-Unis, et pendant des semaines, les politiciens canadiens pro-pétrole ont appelé à l’expansion des projets de combustibles fossiles en réponse à la crise ukrainienne.

Mardi, les écologistes ont salué le plan d’Ottawa, mais ont déclaré qu’ils surveilleraient de près sa mise en œuvre.

“Le nouveau plan du gouvernement marque la première fois que l’on demande au secteur pétrolier et gazier de réduire considérablement les émissions, même si ce n’est toujours pas suffisant et est plus axé sur le financement public de solutions technologiques risquées que sur la solution éprouvée de transition vers une énergie propre », a déclaré Keith Stewart, stratège principal en énergie chez Greenpeace Canada, dans un communiqué.

“Compte tenu de trois décennies de lobbying réussi de l’industrie pétrolière contre la mise en œuvre des plans climatiques passés, il est essentiel que les gens tiennent tous les politiciens sur le feu pour s’assurer qu’ils obligent l’industrie à faire sa juste part. Nous avons besoin d’action réelle cette fois.

La West Coast Environmental Law Association du Canada a également déclaré que le plan ne montre pas «un chemin complet» vers les réductions promises, mais qu’il s’agit d’une bonne étape qui offre une plus grande responsabilisation pour s’assurer que le gouvernement respecte ses engagements.

“Le Canada n’a pas atteint tous les objectifs climatiques qu’il s’est fixés”, a déclaré Anna Johnston, avocate du groupe, dans un communiqué. “Espérons que nous restons sur la bonne voie et que nous augmentons même notre ambition à la réduction de 60% nécessaire pour que nous fassions notre juste part mondiale.”

Leave a Comment