Le recyclage des batteries pourrait contribuer à rendre la production de véhicules électriques plus durable

Salut les terriens ! Ceci est notre newsletter hebdomadaire sur tout ce qui concerne l’environnement, où nous mettons en évidence les tendances et les solutions qui nous font avancer vers un monde plus durable. †Inscrivez-vous ici pour le recevoir dans votre boîte de réception tous les jeudis.)

cette semaine:

  • Le recyclage des batteries pourrait être essentiel pour rendre la production de véhicules électriques plus durable
  • Un site de médias sociaux en a assez de la désinformation sur le climat
  • Le crédit d’impôt pour la capture du carbone retardera l’action climatique, selon un défenseur de l’environnement

Le recyclage des batteries pourrait être essentiel pour rendre la production de véhicules électriques plus durable

(Duane Burleson/Associated Press)

L’humble batterie connaît un moment, alors que les pays du monde entier tournent leur attention vers les véhicules électriques (VE) pour réduire les émissions de carbone des transports.

La clé de la transition des voitures à essence aux voitures électriques repose sur des batteries efficaces et durables. Mais la production de batteries dépend de l’approvisionnement (fini) d’un tas de minéraux clés comme le lithium et le cobalt, ce qui conduit déjà à une bousculade des grandes puissances mondiales et des entreprises pour sécuriser ces ressources.

La majeure partie de l’approvisionnement mondial en lithium provient de quatre pays seulement : l’Australie, le Chili, la Chine et l’Argentine. L’approvisionnement en cobalt est encore plus concentré, 70 % provenant de la seule République démocratique du Congo.

Il est donc important de sécuriser une autre source de ces minéraux – en recyclant les vieilles piles.

“Plus il y a de véhicules électriques achetés et soumis au processus de recyclage, plus nous pouvons compenser, à l’avenir, les matières premières du sol et disposer d’une source plus durable pour les matières premières”, a déclaré Kunal Phalpher, directeur de la stratégie chez battery. société de recyclage Li-Cycle.

Li-Cycle, qui est basée à Toronto, construit un système “hub and spoke” pour traiter les vieilles batteries. Phalpher a déclaré que le transport de lourdes batteries de véhicules électriques peut être coûteux et délicat. Les rayons de l’entreprise sont des installations plus petites qui seraient plus proches de la provenance des batteries, réduisant ainsi les coûts de transport.

Les batteries (comme celle d’un Chevy Bolt vue sur la photo ci-dessus) sont déchiquetées en une “masse noire” dans les installations à rayons du Li-Cycle, puis envoyées à une installation centrale qui les transforme en minéraux utiles comme le cobalt, le nickel et le lithium. qui peuvent être réutilisés dans les batteries et autres produits.

La société exploite des installations à rayons à Kingston, en Ontario, et à Rochester, dans l’État de New York, et d’autres sont en cours de route. Il construit son premier hub à Rochester.

Phalpher a déclaré que Li-Cycle peut récupérer jusqu’à 95 % des matériaux des anciennes batteries.

Les batteries des VE durent environ 10 ans. Phalpher a déclaré qu’il s’attend à ce qu’un grand nombre de batteries de véhicules électriques en Ontario commencent à atteindre la fin de leur cycle de vie d’ici 2030.

Nikki Skuce, qui a co-écrit un rapport avec le Pembina Institute l’année dernière au sujet de la politique de recyclage des batteries de véhicules électriques en Colombie-Britannique, affirme que les gouvernements fédéral et provincial doivent formuler un plan d’action pour les batteries usagées.

“Je pense que c’est formidable de voir toutes ces incitations et objectifs pour les véhicules électriques”, a déclaré Skuce. “Mais nous devons aussi vraiment examiner l’ensemble du cycle de vie et investir maintenant dans cette capacité de recyclage.”

Le gouvernement ontarien publié une stratégie de minéraux critiques le mois dernier. Il vise à promouvoir l’exploration minière dans la province, à améliorer la réglementation minière et à investir dans la recherche et le développement. La stratégie est liée au plan du gouvernement visant à inciter les constructeurs automobiles à construire des voitures électriques en Ontario, avec des batteries également fabriquées localement à partir de minéraux extraits dans la province.

L’augmentation de la capacité de recyclage signifierait que l’Ontario et le Canada pourraient être moins dépendants de l’extraction ou de l’importation de ces minéraux.

“Nous sommes dans une crise climatique. Nous devons absolument abandonner les combustibles fossiles”, a déclaré Skuce. “Mais nous ne pouvons pas le faire en créant un autre problème et une autre industrie extractive connue pour bafouer les droits de l’homme et polluer les cours d’eau et le reste.”

Phalpher a déclaré que les gens seraient surpris de voir à quel point les batteries sont recyclables – et à quel point les minéraux contenus dans les anciennes batteries peuvent être précieux.

“Je pense que même votre consommateur moyen avec votre téléphone portable et votre ordinateur portable ne réalise pas à quel point ce matériau peut être récupéré et réinjecté dans l’économie”, a-t-il déclaré.

“Je pense que c’est quelque chose que l’industrie veut continuer à améliorer.”

Inayat Singh

commentaires des lecteurs

Un certain nombre d’entre vous ont écrit pour répondre à l’article d’Alice Hopton la semaine dernière sur le des chefs professionnels qui raffolent des cuisinières à induction

Lindsay Kennedy :

“Excellent article. Nous utilisons une cuisinière à induction depuis environ huit ans. Je l’ai peut-être manqué dans votre article, mais je ne pense pas que vous ayez mentionné que toutes les casseroles ne fonctionnent pas sur une cuisinière à induction ; elles doivent être coulées du fer ou de l’acier. Testez vos pots avec un aimant. S’il colle, vos pots fonctionneront.”

Claudio Procopio

“Nous utilisons une cuisinière à induction depuis 12 ans et ne reviendrions pas aux cuisinières électriques ou à gaz pour des raisons environnementales et culinaires pratiques mentionnées dans votre article.

“Une mise en garde.… Une partie de la chaleur générée dans les ustensiles de cuisine est transférée au dessus de la cuisinière à induction par conduction. Retirez la casserole chaude et le dessus de la cuisinière est aussi chaud que la casserole. Nous avons un chat qui saute sur le comptoir et erre sur la cuisinière. Pour sa sécurité, après chaque utilisation de la cuisinière, nous plaçons une casserole ou une marmite froide sur le point chaud jusqu’à ce que, par conduction, elle refroidisse la cuisinière à température ambiante. Leur curiosité peut tester votre déclaration !”

Plusieurs lecteurs, dont Marlène Campbell, a écrit avec une mise en garde pour les personnes portant des stimulateurs cardiaques ou des pompes à insuline : les champs magnétiques générés par les cuisinières à induction peuvent interférer avec ces appareils. Pour cette raison, des organisations comme la Fondation britannique du cœur et les fabricants de cuisinières à induction disent que les personnes possédant de tels appareils devraient les tenir à 60 centimètres d’une table de cuisson à induction lorsqu’elle est allumée.

Les anciens numéros de What on Earth? sont ici

Il y a aussi une émission de radio et un podcast ! Alors que les pays s’efforcent d’éliminer progressivement les combustibles fossiles, que peut-on apprendre d’Aberdeen, en Écosse, la capitale pétrolière de l’Europe ? Ce week-end, une pièce de rappel de Que sur terrele documentaire Le problème de la transitionQue sur terre diffusé le dimanche à 12 h 30, 13 h à Terre-Neuve. Abonnez-vous à votre application de podcast préférée ou écoutez-la à la demande sur Radio-Canada Écoutez


Vue d’ensemble : la désinformation sur le climat sur les réseaux sociaux

Les médias sociaux n’ont pas une grande réputation lorsqu’il s’agit de protéger ce qui est vrai. Qu’il s’agisse du discours politique ou de l’efficacité des vaccins COVID-19, les principales plateformes ont été assez laxistes quant à la surveillance des déclarations erronées. Mark Zuckerberg l’a peut-être dit le plus succinctement lorsqu’il a déclaré au Congrès américain que sa société, Facebook (maintenant Meta), ne devraient pas devenir des “arbitres de la vérité”.

Le changement climatique est un autre sujet qui suscite beaucoup de mensonges et de publications de mauvaise foi, mais un site de médias sociaux a décidé de tracer une ligne dans le sable. plus tôt ce mois-ci, Pinterest annoncé qu’il interdirait toute désinformation sur le changement climatique sur sa plateforme, y compris les publications et publicités régulières. Sa définition de la désinformation est assez large, y compris les messages qui nient l’existence d’un changement climatique causé par l’homme, le contenu qui “déforme les données scientifiques” et les déclarations mensongères sur les événements météorologiques extrêmes.

Dans une déclaration, Pinterest a déclaré : “La politique élargie de désinformation sur le climat est une nouvelle étape dans le parcours de Pinterest pour lutter contre la désinformation et créer un espace sûr en ligne.” Il s’agit d’une étape importante compte tenu de la quantité de contenu contrefactuel sur les réseaux sociaux. Un rapport publié l’année dernière, par exemple, a révélé à quel point les bots ont inondé Twitter de désinformation sur le climat

(Darron Cummings/Associated Press)

Chaud et dérangé : des idées provocatrices sur le Web


Le crédit d’impôt pour la capture du carbone retardera l’action climatique, selon un défenseur de l’environnement

(Kyle Bakx/CBC)

Le nouveau crédit d’impôt sur la capture du carbone du gouvernement fédéral retardera les progrès du Canada en matière d’action climatique, prolongeant notre production de combustibles fossiles, selon un défenseur de l’environnement.

“C’est une bonne nouvelle pour les lobbyistes des combustibles fossiles”, a déclaré Julia Levin, responsable principale du programme climat et énergie du groupe à but non lucratif Environmental Defense. Que sur terre hôte Laura Lynch.

Dans le cadre de son budget 2022 dévoilé la semaine dernière, le gouvernement a promis jusqu’à 10 milliards de dollars pour soutenir des projets de capture de carbone – y compris des propositions de l’industrie pétrolière et gazière – avec des dépenses spécifiques au climat totalisant 9,1 milliards de dollars.

Le crédit d’impôt à l’investissement rembourserait les projets de captage du carbone qui captent la pollution à la source pour éviter de nouvelles émissions jusqu’à 50 %. Les projets réussis qui éliminent le dioxyde de carbone de l’atmosphère, réduisant la pollution existante, seraient remboursés jusqu’à 60 %.

Actuellement, la majeure partie du dioxyde de carbone capturé au Canada est utilisée dans un processus vieux de plusieurs décennies appelé récupération assistée du pétrole, où le CO2 est poussé dans un réservoir de pétrole ou de gaz pour éliminer davantage de combustibles fossiles. Bien que ce processus soit exclu du crédit, les entreprises de combustibles fossiles peuvent toujours présenter une demande.

Levin a déclaré qu’elle était ravie que la récupération assistée du pétrole soit “hors de propos”, mais note qu’il serait difficile de faire respecter la manière dont le dioxyde de carbone capturé est utilisé à l’avenir.

Pour Michael Bernstein, directeur exécutif du groupe à but non lucratif Clean Prosperity, la décision d’inclure le secteur pétrolier et gazier est logique.

“Si le secteur pétrolier et gazier a des projets qui réduiront ces émissions de gaz à effet de serre et que le gouvernement pense que ce sont des investissements judicieux, je ne vois pas pourquoi nous les exclurions”, a-t-il déclaré.

Janvier, 400 universitaires ont signé une lettre à la ministre des Finances Chrystia Freeland demandant l’exclusion du secteur pétrolier et gazier du crédit. En mars, Environmental Defence a publié un rapport exposant les préoccupations concernant l’utilisation du crédit d’impôt pour prolonger la durée de vie de la production pétrolière et gazière au Canada.

Levin ne s’oppose pas aux entreprises de combustibles fossiles qui construisent la capture du carbone pour réduire l’intensité des émissions de la production de pétrole et de gaz. Mais elle a déclaré que la responsabilité de payer pour cela devrait incomber à l’industrie.

Les contribuables ne devraient pas “subventionner le secteur le plus rentable du pays et celui qui alimente la crise climatique”, a-t-elle déclaré.

Bernstein voit la récompense financière du crédit d’impôt à l’investissement comme un moyen pour le Canada de poursuivre sa production de combustibles fossiles pour l’instant. Il prévient que tous les projets approuvés doivent tenir leurs promesses de capter ou d’éliminer le dioxyde de carbone. Cependant, les détails sur la façon dont le gouvernement surveillera ou appliqueront cela sont “un peu minces”, a-t-il déclaré.

Pour Levin, le bilan du Canada en matière de responsabilisation des sociétés pétrolières et gazières en matière de règles environnementales ne lui donne pas l’assurance qu’il en sera autrement avec la capture du carbone.

“Notre bilan est, à maintes reprises, de laisser les compagnies pétrolières et gazières s’en tirer.”

Dans le contexte du dernier rapport des Nations Unies sur le climat et un avertissement sévère du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres que “les nouvelles infrastructures de combustibles fossiles sont une folie morale et économique”, Levin espérait davantage d’investissements dans les énergies renouvelables.

selon un rapport par Environmental Defence, entre 2018 et 2020, le gouvernement fédéral a dépensé 14 fois plus d’argent pour financer le secteur des combustibles fossiles que pour les énergies renouvelables comme l’éolien et le solaire.

“Ce ratio n’est pas OK”, a déclaré Levin.

Bernstein a déclaré que le crédit d’impôt à l’investissement est “un pas dans la bonne direction” pour ce qu’il pense être une industrie dédiée à la “gestion du carbone”.

D’autres industries sont visées à bénéficier du crédit d’impôt à l’investissement, notamment la production de ciment, d’acier et de produits chimiques, tous procédés qui produisent des gaz à effet de serre. De nouveaux projets visant à éliminer le dioxyde de carbone de l’atmosphère seront également éligibles.

Selon Levin, toutes ces initiatives bénéficient déjà d’un financement du gouvernement fédéral.

“Ce crédit d’impôt concerne une nouvelle subvention géante aux sociétés pétrolières et gazières. Il ne s’agit pas de ces autres secteurs.”

Molly Segal

Reste en contact!

Y a-t-il des problèmes que vous aimeriez que nous couvrions ? Des questions auxquelles vous voulez des réponses ? Vous souhaitez simplement partager un mot gentil ? Nous aimerions recevoir de vos nouvelles. Envoyez-nous un courriel à whatonearth@cbc.ca.

Inscrivez-vous ici obtenir Quoi sur Terre ? dans votre boîte de réception tous les jeudis.

Éditeur : André Mayer | Conception du logo : Sködt McNalty

Leave a Comment