L’ère McDonald’s en Russie touche à sa fin, les restaurants se vendent

McDonald’s vend tous ses restaurants en Russie 30 ans après que la chaîne de hamburgers soit devenue un symbole puissant de l’apaisement des tensions de la guerre froide entre les États-Unis et l’Union soviétique

McDonald’s vend tous ses restaurants en Russie 30 ans après que la chaîne de hamburgers soit devenue un symbole puissant de l’apaisement des tensions de la guerre froide entre les États-Unis et l’Union soviétique.

La société a fermé des centaines de sites en mars après que la Russie a envahi l’Ukraine, ce qui a coûté à McDonald’s environ 55 millions de dollars par mois. Lundi, McDonald’s a annoncé qu’il vendrait ces magasins et quitterait la Russie.

Un licencié existant de McDonald’s, Alexander Govor, qui exploite 25 restaurants en Sibérie, a accepté d’acheter les 850 restaurants russes de McDonald’s et de les exploiter sous un nouveau nom, a annoncé jeudi le géant du hamburger de Chicago.

McDonald’s n’a pas divulgué les termes de la vente. L’année dernière, les opérations russes de McDonald’s ont contribué à hauteur de 9 % au total des ventes annuelles de l’entreprise, soit environ 2 milliards de dollars.

McDonald’s a été parmi les premières marques de consommation occidentales à entrer en Russie en 1990. Son grand magasin étincelant près de la place Pouchkine à Moscou, qui a ouvert peu après la chute du mur de Berlin, a marqué une nouvelle ère d’optimisme au lendemain de la guerre froide.

C’est la première fois que l’entreprise se « désarque » ou quitte un marché majeur. Il prévoit de commencer à supprimer les arcs dorés et autres symboles et signes avec le nom de l’entreprise. McDonald’s a déclaré qu’il conserverait également ses marques en Russie et prendrait des mesures pour les faire respecter si nécessaire.

La vente annoncée jeudi est soumise à l’approbation réglementaire, mais devrait être conclue d’ici quelques semaines, a déclaré McDonald’s.

Govor, licencié depuis 2015, a également accepté de conserver les 62 000 employés russes de McDonald’s pendant au moins deux ans à des conditions équivalentes. Govor a également accepté de payer les salaires des employés de McDonald’s jusqu’à la clôture de la vente.

Govor est également copropriétaire de Neftekhimservis, un investisseur en construction qui possède une raffinerie de pétrole en Sibérie. Il siège également au conseil d’administration d’Inrusinvest, dont les projets comprennent un centre médical et un hôtel Park Inn dans la ville sibérienne de Novokuznetsk.

On ne sait pas si d’autres chaînes américaines suivront l’exemple de McDonald’s et quitteront la Russie. McDonald’s possédait 84% de ses magasins russes, ce qui lui donnait plus de contrôle sur les opérations que bon nombre de ses rivaux dont les magasins appartiennent à des franchisés.

Les 130 magasins russes de Starbucks sont fermés depuis début mars. Son franchisé dans le pays, le groupe koweïtien Alshaya, continue de payer ses 2 000 employés russes.

Papa John’s a suspendu ses activités commerciales en Russie et n’accepte plus les paiements de redevances de ses 185 magasins là-bas. Mais les magasins, qui appartiennent à l’entrepreneur du Colorado Christopher Wynne, restent ouverts. Un message a été laissé jeudi à l’une des sociétés de Wynne.

McDonald’s a laissé ouverte la possibilité qu’il puisse un jour retourner en Russie.

“Il est impossible de prédire ce que l’avenir nous réserve, mais je choisis de terminer mon message avec le même esprit qui a amené McDonald’s en Russie : l’espoir”, a écrit le PDG Chris Kempczinski dans une lettre aux employés. “Ainsi, ne finissons pas par dire ‘au revoir’. Au lieu de cela, disons comme ils le font en russe : jusqu’à ce que nous nous revoyions. »

.

Leave a Comment