Les actions américaines inversent leur cours et finissent en baisse alors que la hausse des prix du pétrole attise les craintes d’inflation

Les actions de Wall Street ont renoncé à leurs gains antérieurs après qu’une forte hausse des prix du pétrole ait contribué à raviver les inquiétudes sur l’inflation, même après qu’un élément crucial des données sur l’inflation aux États-Unis soit sorti plus bas que prévu.

Le S&P 500 a terminé la journée en baisse de 0,3%, après avoir progressé jusqu’à 1,3% plus tôt mardi. Le Nasdaq Composite, riche en technologies, a également chuté de 0,3 %.

Les prix du pétrole ont bondi de plus de 6%, sapant une réaction initialement positive aux nouvelles données sur l’inflation américaine publiées mardi matin.

En supprimant les gains de prix d’articles volatils tels que l’alimentation et l’énergie, l’indice des prix à la consommation américain “de base” a augmenté de 0,3% d’un mois sur l’autre, en deçà des prévisions de 0,5% des économistes interrogés par Reuters.

Cependant, les prix à la consommation ont augmenté de 8,5% en glissement annuel en mars, contre 7,9% en février, a déclaré le Bureau of Labor Statistics, marquant la hausse annuelle la plus rapide depuis 1981.

La baisse de l’inflation sous-jacente a d’abord soulagé les investisseurs, qui craignaient qu’un dépassement de l’inflation n’exerce une pression sur la Réserve fédérale américaine pour qu’elle dompte la croissance des prix en augmentant rapidement les taux d’intérêt, ce dont la perspective a déstabilisé les marchés mondiaux ces derniers mois.

Jim Paulsen, stratège en chef des investissements chez The Leuthold Group, a déclaré que l’impression “beaucoup plus faible” que prévu de l’inflation sous-jacente était peu susceptible de faire dérailler les plans de la Fed d’augmenter agressivement les taux d’intérêt lors de sa prochaine réunion en mai.

Le mois dernier, la Fed a relevé son taux d’intérêt de référence d’un quart de point de pourcentage, portant la fourchette cible de 0,25% à 0,50%, dans sa première augmentation depuis 2018.

Sur les marchés de la dette publique, le rendement du bon du Trésor américain à 10 ans, qui sous-tend les coûts d’emprunt mondiaux, a chuté de 0,06 point de pourcentage à 2,72 %. Le rendement du billet à deux ans, qui suit de près les attentes en matière de taux d’intérêt, a encore baissé, indiquant que les investisseurs ont recalibré leurs attentes en matière de hausse des taux d’intérêt après la publication des données.

Le rendement du Bund allemand à 10 ans, un indicateur des coûts d’emprunt européens, a chuté de 0,03 point de pourcentage à 0,79 %. Le rendement du billet du gouvernement s’élevait à environ moins 0,12 % au début de l’année.

La confiance des investisseurs allemands, mesurée par l’indice du sentiment économique de l’institut de recherche Zew, est tombée à son plus bas niveau depuis le premier mois de la pandémie de coronavirus.

Ailleurs sur les marchés boursiers, l’indice européen Stoxx 600 a baissé de 0,4 %, le Dax allemand a chuté de 0,5 % et le Cac 40 français a chuté de 0,3 %. Le FTSE 100 de Londres a chuté de 0,5 %. Les actions des banques européennes ont été parmi les moins performantes, avec des actions des prêteurs allemands Deutsche Bank et Commerzbank en baisse de plus de 9% et 8% respectivement.

Andrew McCaffery, directeur mondial des investissements chez Fidelity International, s’est dit “particulièrement prudent” sur les actions européennes et l’euro compte tenu de la “probabilité” d’une récession.

En Asie, l’indice Hang Seng de Hong Kong a clôturé en hausse de 0,5 % et le CSI 300 chinois a gagné 1,9 %. Le Topix japonais a perdu 1,4% et le Kospi sud-coréen a chuté de 1%.

Leave a Comment