L’iPod est mort, mais le podcast vit

Versez-en un pour l’iPod, le beau petit gadget de mes rêves d’adolescent. Alors qu’Apple a finalement abandonné le dernier modèle d’iPod cette semaine, le “pod” vit dans le support audio numérique que nous aimons et obsédons tous.

L’iPod n’a jamais vraiment été le format où le podcast a prospéré (ce serait le smartphone), mais au moment où les podcasts ont commencé, l’iPod était à peu près le seul jeu en ville. En 2004, l’iPod contrôlait 60 % du marché total des lecteurs MP3. C’était l’option par défaut pour écouter des émissions audio en déplacement, si elles étaient inélégantes.

“Ce fut une expérience terrible”, déclare Leo Laporte, fondateur de l’un des premiers points de vente audio numériques Cette semaine dans la technologie (TwiT) et animateur d’une émission de radio Le gars de la technologie. “Vous deviez le télécharger sur votre ordinateur, connecter votre ordinateur via iTunes à votre iPod, le copier sur votre iPod, puis vous pouviez l’écouter.”

Mais avec le gadget omniprésent, le nom “podcast” semblait être un choix naturel pour les émissions audio en ligne décousues qui commençaient à émerger. Tellement naturel que deux personnes prétendent avoir séparément fusionné “iPod” et “broadcast”. Le premier cas enregistré est dans un 2004 Gardien article du journaliste et technologue Ben Hammersley où il a lancé des noms potentiels pour le média (“GuerillaMedia” n’a pas compris). Cette même année, le pionnier de l’audio numérique Dannie Gregoire a nommé l’un de ses logiciels “podcaster” et enregistré des noms de domaine contenant le mot “podcast”, puis l’a popularisé avec l’aide de l’ancien MTV VJ et premier animateur de podcast Adam Curry. Gregoire dit qu’il n’était pas au courant de l’article de Hammersley avant de proposer le nom. “C’est un mot évident à trouver, compte tenu de la technologie”, a-t-il déclaré. Hammersley n’a pas répondu à la demande de commentaire.

En tout cas, ça a pris. Apple a non seulement laissé le mot vivre, malgré une violation potentielle de la marque, mais il a adopté le média sans réserve en créant un répertoire de podcasts sur iTunes en 2005. Cette même année, George W. Bush a commencé à publier ses adresses radio présidentielles sous forme de podcast. Le New Oxford American Dictionary a pris note de tout ce brouhaha et a fait du « podcast » son mot de l’année 2005.

Tout le monde n’était pas ravi. Pendant des années, Laporte a mené – et perdu – la bataille pour rebaptiser le “podcasting” en “netcasting”, arguant que le mot liait trop étroitement la forme à Apple. Le temps lui a donné raison et tort. Oui, l’iPod était une phase éphémère dans la course de podcasting. Mais le mot a dépassé son homonyme au point où Apple n’est qu’une partie de l’écosystème du podcasting et même pas la dominante. Spotify s’est imposé comme la plate-forme la plus utilisée pour le podcasting, et la programmation de podcasts d’Apple est, au mieux, minime.

Même ainsi, le mot est incontournable. Il y a quelques années, Laporte a cédé et a finalement changé le réseau TWiT Netcast en réseau TWiT Podcast. “C’est ainsi qu’est le langage”, a-t-il dit. “Vous ne pouvez pas le combattre.”


Cette histoire s’est déroulée à l’origine dans Capsule chaude, Le bord‘s bulletin d’information prééminent de l’industrie audio. Vous pouvez vous abonner ici pour plus de scoops, d’analyses et de rapports.

Leave a Comment