L’OPEP et la Russie vont se rencontrer alors que la guerre en Ukraine bouleverse le marché pétrolier

Au cours du mois dernier, les marchés pétroliers ont été secoués par une guerre qui a déclenché une flambée des prix et menacé une pénurie critique de brut et d’autres produits pétroliers.

Mais alors que la plupart des plus grands producteurs de pétrole du monde se réunissent par téléconférence jeudi pour discuter des approvisionnements, les analystes ne s’attendent pas à beaucoup d’action. Les responsables de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et de la Russie ne feront probablement guère plus qu’annoncer leurs modestes augmentations de production mensuelles habituelles, ce qui soulève des questions sur la quantité de pétrole que le groupe a réellement dans le réservoir.

Les sanctions occidentales imposées à la Russie suite à son invasion de l’Ukraine sont susceptibles d’entraîner la perte de quantités substantielles de produits bruts et pétroliers, en particulier de carburant diesel, du marché. Déjà, de grands acheteurs de pétrole russe, comme Shell et TotalEnergies, ont annoncé qu’ils purgeraient progressivement le pétrole d’origine russe de leurs vastes réseaux.

“Ces pertes vont durer car la Russie restera probablement le pays le plus sanctionné au monde dans un avenir prévisible”, a écrit Helima Croft, responsable des matières premières chez RBC Capital Markets, une banque d’investissement, dans une note aux clients mercredi.

La Russie est l’un des trois premiers producteurs de pétrole au monde, avec les États-Unis et l’Arabie saoudite, et exporte environ huit millions de barils par jour de brut et de produits. L’Agence internationale de l’énergie, le groupe basé à Paris, estime que jusqu’à trois millions de barils par jour de pétrole russe, soit environ 3% de l’approvisionnement mondial, pourraient bientôt être fermés dans ce qui “pourrait se transformer en la plus grande crise d’approvisionnement depuis des décennies”. . »

Seuls l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis pourraient produire beaucoup plus de brut “ce qui pourrait aider à compenser un déficit russe”, a déclaré l’agence dans son dernier rapport sur le marché pétrolier.

Pourtant, ces pays – le leader de facto de l’OPEP et un allié clé – ne semblent pas enclins à agir, une position qui semble déconcertante compte tenu de leurs liens sécuritaires et commerciaux de longue date avec l’Occident.

« La question plus large est : sont-ils même confrontés à des obstacles techniques » pour mettre en ligne de gros volumes supplémentaires de pétrole ? a déclaré Richard Bronze, responsable de la géopolitique chez Energy Aspects, une société de recherche. L’Arabie saoudite affirme avoir la capacité de produire environ 12,5 millions de barils par jour, soit plus de deux millions de barils par jour au-dessus de la production récente.

Certes, la plupart des membres d’un groupe de l’OPEP et de ses alliés, connu sous le nom d’OPEP Plus, sont déjà à court de puissance de feu, car des pays comme le Nigeria et l’Angola n’ont pas été en mesure de suivre les objectifs récents. Le groupe n’ajoutera probablement qu’une petite fraction de l’augmentation de production qu’il annonce jeudi, a déclaré M. Chiffres en bronze. La Russie ne sera manifestement pas en mesure d’augmenter sa production, car elle manque déjà de réservoirs de stockage pour le pétrole invendu.

De plus, le groupe approche de la fin, plus tard cette année, du dénouement des fortes réductions de production du début de 2020 qui ont contribué à soutenir le marché lorsque la demande et les prix ont chuté au début de la pandémie.

Les Saoudiens et les Émiratis peuvent penser qu’avec la flambée des prix et l’issue du conflit en Ukraine loin d’être claire, ce n’est pas le moment de libérer les ressources qui leur restent. Alors que des événements comme les fermetures de coronavirus en Chine réduisent probablement la demande, la consommation de pétrole est toujours susceptible d’être plus élevée pendant la saison de conduite estivale et la production pourrait potentiellement être inférieure.

Le fait que les prix de clôture des contrats à terme sur le Brent, la référence internationale, soient passés ces dernières semaines de près de 130 dollars le baril à moins de 100 dollars permet au groupe d’affirmer, même de manière peu convaincante, que la géopolitique plutôt que les pénuries ajoutent une prime. au prix et continuer à encaisser d’énormes volumes d’argent.

“La volatilité actuelle n’est pas causée par des changements dans les fondamentaux du marché mais par les développements géopolitiques actuels”, a déclaré le groupe après sa dernière réunion le 2 mars.

En outre, l’Agence internationale de l’énergie en est aux premières étapes de la coordination d’une libération de 60 millions de barils de pétrole, annoncée le 1er mars, à partir des réserves des États-Unis et d’environ deux douzaines d’autres pays. Ces ajouts à l’offre réduisent l’incitation de l’OPEP Plus à tenter d’influencer les marchés, selon les analystes.

Aussi, l’OPEP Plus ne semble pas prête à agir contre les intérêts de la Russie, coprésidente du groupe, qui s’opposerait vraisemblablement à une augmentation supplémentaire de la production qui aiderait les pays à vivre sans le brut russe.

Les Émirats arabes unis, en particulier, semblent sensibles aux préoccupations de la Russie dans le conflit avec l’Ukraine et menacés par la perspective d’une révolution démocratique que représente le gouvernement ukrainien.

“Il y a une affinité pour la Russie et les autoritaires en général” parmi les dirigeants des Émirats arabes unis, a déclaré Karen Young, chercheuse principale au Middle East Institute, un organisme de recherche à Washington.

Les responsables de l’OPEP Plus ont également exprimé leur frustration d’avoir été invités à résoudre ce qu’ils considèrent comme des problèmes créés par des politiques occidentales mal pensées sur le changement climatique. Les responsables de l’OPEP disent qu’on leur demande d’augmenter la production tandis que les gouvernements et les investisseurs occidentaux s’appuient sur les sociétés énergétiques pour réduire leurs investissements dans le pétrole et le gaz afin d’atteindre les objectifs climatiques.

L’argument de nombreux pays producteurs du Moyen-Orient est que les prix douloureusement élevés du pétrole et du gaz sont le fruit amer de la tentative de se passer des combustibles fossiles avant que des ressources alternatives suffisantes comme l’énergie éolienne et solaire ne soient disponibles.

“Nous ne pouvons ni ne devons débrancher le système énergétique actuel avant d’en avoir construit un nouveau”, a déclaré Sultan al Jaber, directeur général de la compagnie pétrolière nationale d’Abu Dhabi, lors d’une récente conférence du Conseil de l’Atlantique.

Pourtant, rien n’indique que l’Occident renonce à s’éloigner du pétrole et du gaz, en particulier de fournisseurs potentiellement peu fiables comme la Russie. En fait, l’utilisation de l’énergie par Moscou pour faire pression politiquement sur les pays européens pourrait s’avérer être une incitation pour les pays occidentaux à réduire plus rapidement leur consommation d’énergies fossiles. L’Allemagne, par exemple, s’apprête à rompre ses liens énergétiques avec Moscou, qui est depuis longtemps son principal fournisseur.

“Le besoin urgent d’accélérer la transition équitable vers une énergie propre reste une priorité absolue et doit être accéléré”, a déclaré la semaine dernière Jennifer M. Granholm, secrétaire américaine à l’énergie.

Les Saoudiens et les Émirats arabes unis ont d’autres raisons de ne pas se précipiter pour se conformer aux demandes occidentales. Ils s’inquiètent de l’intensification des attaques de missiles contre des installations énergétiques et d’autres cibles dans leur pays par le groupe Houthi basé au Yémen, et suggèrent que Washington ne fait pas assez pour les arrêter.

L’Arabie saoudite a récemment averti qu’elle ne serait pas responsable si ces incidents supprimaient les exportations de pétrole vers le monde. Ces pays sont également sceptiques quant aux efforts de Washington pour rétablir l’accord nucléaire avec l’Iran et, ainsi, permettre à Téhéran de vendre plus de pétrole. Les Saoudiens accusent l’Iran d’avoir fourni aux Houthis les missiles lancés contre eux.

En attendant, les analystes disent qu’il y a peu de raisons de penser que la crise actuelle du pétrole ne s’aggravera pas alors que les acheteurs se détournent du pétrole russe. “Je suis surpris de voir à quel point les prix sont bas”, a déclaré David Wech, économiste en chef chez Vortexa, une société d’analyse de données.

Leave a Comment