Nous devrions, si nous le pouvons, refroidir la planète à des niveaux préindustriels

par Andrew King, Celia McMichael, Harry McClelland, Jacqueline Peel, Kale Sniderman, Kathryn Bowen, Tilo Ziehn et Zebedee Nichol, The Conversation

Les émissions ont rebondi suite aux réductions observées lors des fermetures induites par la pandémie. En regardant plus loin, nous pouvons voir que les émissions de dioxyde de carbone ont à peu près quadruplé depuis 1960. Crédit : Global Carbon Project

Le monde se concentre sur la réalisation de zéro émission nette, mais étonnamment peu de réflexion a été accordée à ce qui vient après. Dans notre nouvel article, publié aujourd’hui dans Changement climatique naturelnous discutons des grandes inconnues dans un monde post-net-zéro.

Il est essentiel que nous comprenions les conséquences de nos choix en matière d’émissions de gaz à effet de serre et ce qui vient ensuite. Les voies que nous choisissons avant et après avoir atteint des émissions mondiales nettes nulles pourraient faire la différence entre une planète qui reste habitable et une autre où de nombreuses parties deviennent inhospitalières.

À l’heure actuelle, les activités humaines ont un effet de réchauffement sur la planète. Mais atteindre nos objectifs de politique climatique amènerait l’humanité sur le territoire inexploré de la capacité de cool la planète.

Être capable de refroidir la planète soulève un certain nombre de questions. Principalement, à quelle vitesse voudrions-nous que la planète se refroidisse et quelle température moyenne mondiale devrions-nous viser ?

Comment évoluent nos émissions ?

Nos émissions collectives de gaz à effet de serre ont réchauffé la planète d’environ 1,2℃, par rapport aux températures préindustrielles. En fait, malgré tous les discours sur la réduction des émissions, les émissions mondiales de dioxyde de carbone sont à des niveaux presque records.

Certains pays ont réussi à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre ces dernières années, comme le Royaume-Uni qui a réduit de moitié ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990.

Les principaux émetteurs tels que les États-Unis et l’Union européenne, ainsi que les pays qui émettent moins mais subissent déjà les effets du changement climatique, poussent également de plus en plus à prendre des mesures plus énergiques pour limiter les dommages que nous causons au climat.

Réduire les émissions de gaz à effet de serre et atteindre le zéro net sont les plus grands défis de l’humanité. Tant que les émissions de gaz à effet de serre resteront sensiblement au-dessus de zéro, nous continuerons à réchauffer la planète.

Pour être en ligne avec l’objectif de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement climatique bien en dessous de 2℃ au-dessus des niveaux préindustriels ce siècle, nous devons réduire considérablement nos émissions.

Nous devons également augmenter notre absorption de carbone de l’atmosphère en développant et en mettant en œuvre une technologie de prélèvement.

Qu’arrivera-t-il après le zéro net ?

Les émissions nettes nulles seront atteintes lorsque les émissions de gaz à effet de serre de l’humanité dans l’atmosphère seront équilibrées par leur élimination de l’atmosphère. Nous aurions probablement besoin d’atteindre le zéro net mondial bien au cours des 50 prochaines années pour maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2℃.

Si nous y parvenons, nous pourrions poursuivre le processus de décarbonisation pour atteindre des émissions de gaz à effet de serre négatives nettes – où plus d’émissions de gaz à effet de serre de l’humanité sont retirées de l’atmosphère qu’elles ne sont rejetées dans celle-ci.

Au-delà de zéro net : nous devrions, si nous le pouvons, ramener la planète à des niveaux préindustriels

La Terre s’est réchauffée jusqu’à présent, mais après avoir atteint zéro émission nette, elle sera fraîche. Nous avons besoin de nouvelles simulations de modèles climatiques pour comprendre cela. La température de surface moyenne mondiale observée (GMST) provient de l’ensemble de données Berkeley Earth. Les lignes rouges, oranges et bleues illustrent des scénarios possibles pour un climat post net zéro dont nous souhaitons comprendre les implications. Auteur fourni

Cela devrait être réalisé grâce à une combinaison de technologies “d’émissions négatives”, y compris probablement certaines qui n’ont pas encore été inventées, et des changements d’utilisation des terres tels que le reboisement.

La poursuite des émissions nettes négatives entraînera un refroidissement de la planète à mesure que les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère diminueront. En effet, l’effet de serre, où des gaz tels que le dioxyde de carbone absorbent le rayonnement de la Terre et réchauffent l’atmosphère, s’affaiblirait.

Actuellement, les gouvernements, ou même les scientifiques, ne se concentrent presque pas sur les conséquences de la réalisation de nos objectifs politiques et du dépassement du zéro net. Mais ce serait un tournant car le monde commencerait à se refroidir.

La terre se refroidirait plus vite que l’océan. En effet, certaines personnes peuvent subir un refroidissement substantiel au cours de leur vie, un concept peu familier à saisir dans notre climat qui se réchauffe.

Ces changements s’accompagneraient d’effets sur les phénomènes météorologiques extrêmes et sur les industries sensibles aux conditions météorologiques et au climat. Bien qu’il n’y ait pas encore beaucoup de recherches à ce sujet, nous pourrions, par exemple, voir les routes maritimes se fermer à mesure que la glace repousse dans les régions polaires.

À long terme, la meilleure température globale cible pour la planète pourrait être quelque chose qui s’apparente à un climat préindustriel, avec une diminution de l’effet humain sur le climat de la Terre.

Dans notre article, nous appelons à un nouvel ensemble d’expériences sur les modèles climatiques qui nous permettent de comprendre la gamme des climats futurs possibles après zéro net.

Toute décision doit être éclairée par une compréhension des conséquences de différents choix pour un climat post-net zéro. Par exemple, les intérêts concurrents entre les pays et les industries peuvent rendre les accords mondiaux plus difficiles dans un monde post-net zéro.

Pourquoi est-ce important maintenant ?

En lisant cet article, vous aurez peut-être l’impression qu’on prend de l’avance. Après tout, comme souligné, les émissions mondiales de gaz à effet de serre restent à des niveaux quasi record.

Un facteur clé qui affectera le comportement du système climatique après des émissions nettes nulles serait le niveau maximal de réchauffement climatique auquel nous culminons. Ceci est dicté par nos émissions actuelles et à venir.

Si nous ne parvenons pas à respecter l’Accord de Paris et que le pic de réchauffement climatique atteint 2℃ ou plus, les générations futures subiront les effets de l’élévation du niveau de la mer et d’autres changements climatiques désastreux possibles pendant de nombreux siècles à venir.

Notre compréhension des impacts post-zéro net des différents niveaux de pointe du réchauffement climatique est extrêmement limitée.

La réduction des émissions de gaz à effet de serre grâce à la décarbonisation reste notre principale priorité. Plus nous pouvons supprimer le réchauffement climatique en atteignant le plus tôt possible des émissions nettes nulles, plus nous limitons les effets désastreux potentiels et la nécessité de refroidir la planète dans un monde post-zéro net.


L’examen suggère que les efforts mondiaux actuels sont insuffisants pour limiter le réchauffement à 1,5 °C


Plus d’information:
Andrew D. King et al, Se préparer à un monde post-net-zero, Changement climatique naturel (2022). DOI : 10.1038/s41558-022-01446-x

Fourni par La Conversation

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article d’origine.La conversation

Citation: Beyond net-zero : Nous devrions, si nous le pouvons, ramener la planète aux niveaux préindustriels (2022, 12 août) récupéré le 12 août 2022 sur https://phys.org/news/2022-08-net-zero -cool-planet-pre-industrial.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Leave a Comment