Saison 3, épisodes 1 et 2

Donald Glover et Brian Tyree Henry dans la saison 3, épisode 2 d'Atlanta

Donald Glover et Brian Tyree Henry dans la saison 3, épisode 2 de Atlanta
photo: Coco Olakunle / FX

Au SXSW la semaine dernière, Atlanta le créateur et star Donald Glover a déclaré qu’il voulait que la saison 3 soit un “Conte de fées noir. » Cela suit la philosophie de saut de genre de la série, qui a fait une incursion dans le surréalisme et l’horreur, et l’évolution de ses personnages, qui sont peut-être sur le point de goûter les premiers fruits mythiques de la superstar du rap. L’étendue de cela reste à voir, mais les deux premiers épisodes de la saison trois cimentent Atlantala réputation de classique en cours et l’une des émissions les plus audacieuses et imaginatives de la télévision, point final.

Cela fait presque quatre ans depuis la fin de la saison deux, alors voici un remise à niveau: Earn (Glover) gère son cousin, le rappeur montant Al “Paper Boi” (Brian Tyree Henry), essentiellement parce qu’ils sont cousins. L’acolyte du philosophe laconique Darius (Lakeith Stanfield, nominé aux Oscars) est de la partie, tout comme la petite amie de Earn, Van (Zazie Beetz). Les deux premières saisons les ont suivis de lutte en évasion jusqu’à l’aube d’un succès majeur, et la troisième saison a été annoncée comme se déroulant sur une tournée européenne.

Mais ce n’est pas là où nous en sommes au début de la première saison.

Le spectacle est devenu gothique auparavant (en particulier dans l’exceptionnel “Teddy Perkins”) Et s’est détourné de ses personnages principaux pour faire des épisodes presque anthologiques. Mais peu de choses peuvent vous préparer à “Three Slaps”, un récit du Histoire de Devonte Hartun couple de femmes d’environ un certain temps qui s’est suicidé avec ses six enfants adoptifs noirs en 2018.

L’épisode reproduit exactement certains aspects du conte de la vie réelle (le feutre de Devonte, son corps à corps en larmes avec un flic) tout en remplissant les blancs avec une économie et une tension exceptionnelles. Le scénario, de Stephen Glover, comprend également l’ironie noire de la série : lorsque le personnage inspiré de Devonte, Loquareeous (maintenant surnommé “Larry”), se tient au marché d’un fermier portant une pancarte qui dit “Free Hugs”, un l’homme blanc lui demande: “Est-ce que ton père fait des câlins?”

Les choses ne se terminent pas exactement comme l’histoire vraie de Hart, et il n’est pas clair si tout le déroulement se passait dans l’esprit de quelqu’un (Earn?) Ou dans un univers parallèle. Mais cela n’enlève rien à son impact en tant qu’acte d’accusation du système d’accueil, de la cruauté qui peut se cacher derrière les bonnes intentions et de l’inconscience des spectateurs. Je n’arrive pas à sortir cet épisode de ma tête depuis des jours. Il hante et résonne, produisant le même genre de gueule de bois prolongée que les drames du dimanche soir de HBO.

L’épisode deux trouve le groupe à Amsterdam. Après avoir ramassé deux fans qui ont saccagé sa chambre d’hôtel, Paper Boi est assis dans une prison très chic (qui, à Amsterdam, ressemble apparemment à un Residence Inn légèrement surélevé, avec des menus de service de chambre fournis par des flics soucieux – un excellent bâillon de vue ).

LaKeith Stanfield dans la saison 3, épisode 2 d'Atlanta

LaKeith Stanfield dans la saison 3, épisode 2 de Atlanta
photo: Coco Olakunle / FX

Pendant ce temps, Van se présente, à la dérive après une déception professionnelle, et elle et Darius parcourent la ville. Une adresse froissée trouvée dans un manteau de friperie les conduit à une sorte de cocktail sur le lit de la mort, alors que les proches d’un homme et sa “doula de la mort” se sont réunis pour célébrer ses derniers instants. Là, Van reçoit des conseils existentiels de la doula : “Tu es exactement là où tu es censé être.”

Une fois que Earn a renfloué Paper Boi, l’accent est mis sur la préparation du spectacle de cette nuit-là, et Paper Boi se demande ce qui se passe avec tous les Néerlandais qui errent en blackface. Leur chauffeur explique que c’est une tradition de vacances locale de se déguiser en “Black Pete”, l’assistant de Sinterklaas. “Cela ressemble à l’esclave du Père Noël, mais je respecte le changement de marque”, dit Paper Boi, de manière classique. (Le scénario, de Janine Nabers, mérite un cri.) La célébration de Sinterklaas complique le concert ce soir-là et conduit à une confrontation dans le hall de la salle qui semble carrément kubrickienne, une qui ne fait que Atlanta oserait essayer.

Même au-delà de cela, “Sinterklaas Is Coming To Town” comprend l’un des moments les plus drôles et les plus choquants de la mémoire récente, et je ne le gâcherai pas au cas où vous le scanneriez avant de le regarder. Arrivant à la fin de la scène de la mort-doula, cela rappelle les meilleurs moments de Six pieds sous terre, n’a fait qu’un pas de plus. Et c’est tout Atlanta: Le spectacle – comme ses personnages – va vraiment loin. On ne sait pas où mèneront les rebondissements de ce conte de fées, mais à en juger par ces deux épisodes, ils sont à ne pas manquer.

Observations parasites

  • Un voleur de scène discret dans l’épisode 2 : le manteau de Darius.
  • Zazie Beetz fait forte impression dans l’épisode deux, se transformant en un travail émouvant au chevet du mourant avant The Big Twist.
  • Excellent également : Christopher Farrar dans le rôle de Loquareeous, le protagoniste de “Three Slaps”.
  • Le scénario de “Three Slaps” est digne d’un prix, mais il est difficile d’imaginer trouver une traction dans les catégories de la comédie. Une honte.
  • Donald Glover a annoncé que les saisons trois et quatre de Atlanta, qui ont été tournés simultanément, seront les derniers.

.

Leave a Comment